Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Jean-Luc Choplin
D.R.


Le théâtre Marigny enfin de retour
Emporté par l'enthousiasme et le savoir-faire de Jean-Luc Choplin, après cinq années de fermeture pour une rénovation de grande ampleur*, ce beau théâtre nous est rendu, enrichi d'un restaurant.
A propos de Jean-Luc Choplin :
Entre le répertoire lyrique et la création contemporaine, l'opérette et la comédie musicale, il évolue à l'aise et son audace est saluée. Jean-Luc Choplin compte à son actif quarante ans d'une vie professionnelle qui le conduisent des Ballets de Roland Petit à l'Opéra de Paris, de Disneyland à La Seine Musicale, de Londres à Los Angeles... pour enfin diriger pendant plus de dix ans le Théâtre du Châtelet auquel il insuffle un véritable regain de vie. C'est « Dans la joie de se sentir aimé, et heureux de voir que son travail est apprécié puisqu'on le sollicite de nouveau », qu'il ouvre la première saison de ce théâtre qui l'a toujours fait rêver.

Sa vision, ses projets :
« Jouer avec la mémoire pour inventer le futur de ce beau théâtre. » Telle est son idée, tout est dit. Jean-Luc Choplin entend rester fidèle à ses aspirations, à sa curiosité tous azimuts. « Je n'ai eu de cesse de donner du rêve à des salles pleines en sollicitant le meilleur de la création artistique, en cassant les frontières entre les différentes formes d'art, les époques, les origines. J'ai aussi toujours à cœur de renouveler la perception que peut avoir le public des œuvres anciennes ; de vouloir associer l'inassociable en partageant de grands moments d'échange et de beauté avec des artistes qui viennent vous secouer, vous faire rire ou pleurer, mais qui vous incitent aussi à vous interroger. De nombreuses comédies musicales portent ainsi des messages sous leur légèreté. Je crois beaucoup à la légèreté et je reprends volontiers à mon compte la manière très jolie qu'avait Hugo von Hofmannstahl d'exprimer ça, lorsqu'il disait que la profondeur se cache toujours derrière la surface. Marigny, c'est cent-cinquante ans de belles aventures. Alors, j'ai écouté son histoire, ses fantômes et je me dis : plutôt que d'être dans une compétition avec les autres, nous allons renouer avec ses racines musicales pour aller vers une aventure d'aujourd'hui. Je veux faire de Marigny un lieu de fééries. Un théâtre ouvert sur le monde qui devienne aussi une marque référence, comme je l'ai fait pour le Châtelet. »

Ses premières programmations :
Jean-Luc Choplin tient à donner le sentiment, à travers les programmes qu'il propose, que l'on ne sera jamais ici dans un domaine répétitif, mais toujours dans la surprise et l'étonnement. « J'ai deux salles : au Studio, je vais ouvrir avec Frédéric Mitterrand dans "Bonsoir", une séance de lecture que j'accueille avec plaisir parce que j'aime énormément l'homme de culture qu'est Frédéric Mitterrand et sa capacité à associer des choses qui ne sont pas toujours associables. Il y aura aussi "Le Petit prince", un peu clown puisque que c'est Julien Cottereau qui l'interprète avec un duo féminin de pianistes. Dans la grande salle, nous commençons avec "Peau d'âne" qui sera présenté jusqu'au 17 février. »


Peau d'âne, d'après le film de Jacques Demy.
« J'ai voulu, avec cette création française, envoyer le signal d'un spectacle qui échappe aux catégories. Le film, sous des dehors de grande légèreté pose clairement des questions, il porte un message sur l'inceste, sur les femmes. On y voit même les prémices de la téléréalité. Donc beaucoup de sujets sont traités, que tout le monde connaît, alors c'est un joli symbole pour ouvrir cette première saison. Je tenais d'autre part à célébrer Michel Legrand, ce grand compositeur vivant qui échappe à toute catégorie. » Grâce à son appui et à celui des familles Varda et Demy, Jean-Luc Choplin peut mener à bien son rêve et offrir au public cette adaptation scénique. « Qui n'est pas, je le précise une copie du film mais qui en respecte totalement l'esprit à travers les textes et les dialogues de Jacques Demy... Si les orchestrations de Michel sont renouvelées, sa musique reste la même. Il est très enthousiaste et a collaboré étroitement à cette production pour laquelle j'ai fait appel au grand metteur en scène d'Opéra Emilio Sagi, un espagnol passionné lui aussi. Car je voulais, pour montrer le rayonnement de la culture française à l'étranger, faire travailler une équipe internationale. » Autre défi ? « Trouver des acteurs de tous âges capables de faire oublier la magnifique distribution du film, tout en restituant l'esprit et ce qui l'a fait tant aimer. Mais tout le monde a suivi et s'est montré tellement chaleureux que c'est une grande joie d'avoir fait de "Peau d'âne" un spectacle vivant ! »

* Rénovation réalisée grâce à la volonté de Marc Ladreit de Lacharrière, Président de Fimalac Culture, galaxie propriétaire des théâtres Marigny, Porte Saint-Martin et Madeleine.
Dossier par Jeanne Hoffstetter
Paru le 22/11/2018

-
PEAU D'ÂNE   (12 notes)
THÉÂTRE MARIGNY
Jusqu'au dimanche 17 février

MUSIQUE. La confection du cake d’amour par Catherine Deneuve dans le film réalisé par Jacques Demy est une scène délicieuse. Dans le gâteau destiné au prince, Peau d’âne glisse sa bague, indice qui la libérera de sa triste peau. Car les princesses, qu’elles s’appellent Peau d’âne, La Belle au bois dormant ...


Haut