Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Carlotta Forsberg


Évelyne Buyle
à l’affiche de “Ramsès II” au théâtre des Bouffes Parisiens
Mise en scène par Stéphane Hillel, elle aborde pour la seconde fois l'univers de Sébastien Thiéry en compagnie de François Berléand, Eric Elmosnino et Elise Diamant.
Installée dans sa loge, élégante, attentive, la parole douce et posée, elle s'inquiète de votre confort et dit sa joie d'être là. Elle dit aussi le désir qu'elle avait pourtant de faire enfin une pause après toutes ces années passées entre les tournages et la scène. La scène où son rôle dans "Les femmes savantes", mise en scène par Catherine Hiegel, lui vaut, l'an passé, le Molière de la comédienne dans un second rôle. C'est en jouant "Comme s'il en pleuvait" avec Pierre Arditi, qu'elle découvre l'univers de Sébastien Thiery. Pas évident sans doute de pénétrer dans ce monde là, pas évident de le jouer non plus... « Pas simple, mais c'est ce qui en fait tout l'intérêt ! L'écriture est celle d'un véritable écrivain, le style est brillant, et plein d'humour aussi. Selon les moments, il me fait penser à Audiard, ou bien à Feydeau, et ce que l'on joue là c'est du Hitchcock ! Je conçois qu'il puisse dérouter, mais moi, il fait ma joie ! » Quelle drôle d'histoire nous raconte cette fois l'auteur ? «Il est difficile d'en parler sans risquer de dévoiler... Vous voyez ? Ce serait sans intérêt de résumer ça à l'histoire d'un couple qui attend sa fille et son gendre pour déjeuner. Non, l'intérêt réside dans le fait que partant de là on bascule dans des univers incroyables, on se trouve face à tous les possibles, entre comédie et thriller avec toujours cet humour dévastateur. Cela exige de notre part une énergie folle, nous sommes sans cesse sur le qui-vive, mais c'est un plaisir extraordinaire de jouer une telle pièce. D'autant que c'est un véritable cadeau de partager ce plaisir avec Eric et François, des acteurs de très haut niveau. Une chose est évidente, c'est que le public se laisse prendre au jeu et ça plait énormément aux jeunes, ce qui est formidable. »

Je n'ai jamais pensé que plus tard je serais actrice,
j'ai toujours su que je l'étais


Le décor, vu en passant, retient immédiatement l'attention, je le lui dis : «Oui, oui ! Il est de Jacques Gabel, le décorateur de Françon qui avait fait des choses extraordinaires sur des Tchekhov. Là, il est parvenu, dans un cadre plus resserré étant donné la taille du théâtre, à nous donner un espace incroyable ce qui engendre une circulation très agréable. Donc l'avoir dans un théâtre privé, ça aussi c'est un cadeau !» Abandonnant l'univers de Sébastien Thiery à ses mystères sur lesquels il serait dommage de lever les voiles, nous parlons du film de Laurent Tirard dont le tournage vient de s'achever et dans lequel elle a «un très joli rôle» aux côtés de Jean Dujardin et Mélanie Laurent. Nous parlons de ses rêves, de désir, de ses projets... de vocation ? ... «Je n'ai jamais rêvé de rôles particuliers, simplement de jouer ceux que metteurs en scène et auteurs ont vraiment envie de me confier. A ce moment là, je m'y consacre exclusivement, je leur donne tout ! Vous savez, j'étais une petite fille introvertie, la littérature était mon navire et je n'ai jamais pensé que plus tard je serais actrice, j'ai toujours su que je l'étais !»
Portrait par Jeanne Hoffstetter
Paru le 07/12/2017

-
RAMSES II   (26 notes)
THÉÂTRE DES BOUFFES-PARISIENS
Jusqu'au dimanche 31 décembre

COMEDIE. Jean et Elisabeth s’apprêtent à recevoir leur fille et son mari dans leur maison de campagne. Bénédicte et Matthieu, qui rentrent d’un voyage en Egypte sont donc attendus pour le déjeuner... Mais le mari arrive seul. Pourquoi sa femme n’est-elle pas avec lui Matthieu, qui a un comportement très ét...


Haut