Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Fantasio
“En France, on a parfois tendance à faire croire que tout le monde peut être acteur. Comme si j’allais, moi, demain, chanter ‘Don Juan’ ! Non. Acteur, c’est un métier.” (Nicolas Vaude)
Pièce rarement jouée, voici l'occasion à ne pas manquer de découvrir "Fantasio" de Musset... Un jeune homme débordant d'imagination face au désarroi d'une époque qui pourrait ressembler à la nôtre.

Nicolas Vaude
est Fantasio


Comme c'est étrange... On ne peut s'empêcher, face à lui, de penser à Musset... Nicolas Vaude est un acteur très singulier, doué d'un formidable talent. La parole est vive, la pensée s'évade à la moindre occasion, mais toujours retrouve son chemin. On imagine sans peine derrière ce feu ardant, le brin de folie, l'audace, l'esprit facétieux, l'inquiétude... L'enfance assurément, au cœur de l'éternel jeune homme qu'il est encore. Le désir fou d'être comédien le saisit au lycée. Il n'en démordra plus. Victime d'une dangereuse congestion pulmonaire, dans la moiteur de ses draps, sans oser avouer son rêve à ses parents, de semaine en semaine, il répète, répète L'Avare, poussé par l'idée fixe : "Il faut que je fasse ce métier !" Guéri, tout s'enchaîne, le bac, le cours Jean Darnel, la rue Blanche, les auditions... Depuis vingt ans déjà il est au théâtre chez lui. Habité par ses rôles ? "Les acteurs sont des gens très sensibles, fragiles, nous sommes à la fois instruments et instrumentistes, nous travaillons sur notre propre matériau. Il est difficile d'aller très loin chercher un personnage pour, lorsque tout est fini, redevenir une personne débarrassée des sentiments qu'elle était allée puiser loin d'elle-même. C'est en ça que je pense que l'approche anglaise est bonne, qui consiste à dire qu'il s'agit véritablement là d'un métier, avec ses lois et ses dangers, dans lequel la personnalité compte pour beaucoup. Depuis quelques années, en France, on a parfois tendance à faire croire que tout le monde peut-être acteur. Comme si j'allais moi, demain, me mettre à chanter Don Juan ! Non. Acteur, c'est un métier." Nicolas Vaude aborde avec enthousiasme et concentration son métier. "Depuis ces dernières années, je tourne beaucoup, je ne sais pas pourquoi les gens, les réalisateurs, ont envie de me voir à l'image. Le théâtre, j'en fais depuis longtemps et je tenais absolument à jouer Fantasio, c'était maintenant ou jamais. Le texte est magnifique et j'ai envie de le servir, on ne peut que rester humble face à la langue de Musset. La grande difficulté c'est qu'il fait appel à des sentiments très forts, que dans une même scène, il y a des ruptures continuelles. C'est un personnage désespéré, mais plein de drôlerie et de fantaisie, pris dans une imagination créatrice, pure et débridée, presque impossible à jouer. Musset me bouleverse totalement, il a révolutionné mon approche du théâtre car il exige de l'acteur qu'il soit dans l'instant, changeant, c'est passionnant et troublant à la fois." Et le comédien, son regard vif perçant le vôtre, de raconter encore ce Fantasio irrévérencieux et paradoxal qui, peut-être, lui ressemble. "- Tu as le mois de mai sur les joues", lui dit Hartman l'étudiant. "- C'est vrai, et le mois de janvier dans le cœur", répond Fantasio, le plus étonnant des personnages de Musset...


Stéphanie Tesson
met en scène


Elle écrit pour et sur le théâtre, joue la comédie, met en scène, fonde sa propre compagnie Phénomène et Cie, organise stages et ateliers dans les écoles, se passionne pour Musset, et "Fantasio".

Pouvez-vous me dire ce qui vous touche le plus chez Musset ?
Sa multiplicité. Son refus absolu et purement artistique des conventions imposées par la société. Sa manière d'être constamment en résistance, mais en résistance imaginative et créative. C'est aussi l'un des auteurs de théâtre qui a su le mieux donner la parole aux femmes.

Difficile de mettre en scène "Fantasio", non ?
C'est un rêve Fantasio. Pour moi, le plus grand écueil serait d'y rechercher le réalisme, Charlotte, mon assistante et moi-même, désirons rester au plus près de ce fantôme "musséen" qui ne cesse de nous hanter depuis deux ans. Les scènes et changements de lieux se succèdent à une telle rapidité qu'il est impossible de suivre ça. L'arbre dont parle Fantasio sera donc le symbole de cette dialectique de la Terre et du ciel, son emblème. Nous utilisons la "boîte noire" comme espace de jeu que font varier des jeux de lumières et au milieu de laquelle surgissent les personnages. Quelques symboles seulement pour signifier chaque lieu. Il faut trouver l'audace d'une réinterprétation scénographique. Mais j'insiste sur le fait que ce spectacle est le fruit de toute une équipe unie dans l'enthousiasme !

Fantasio, le désenchanté épris de liberté, est la création d'un jeune homme en révolte contre une société pleine d'incertitudes... Une pièce pour la jeunesse d'aujourd'hui ?
Il me semble en effet important de propager l'esprit de Musset qui n'a rien de poussiéreux ! C'est une pièce volcanique, un message d'espoir, une révolte constructive et imaginative, un vrai souffle d'avenir pour la jeunesse paralysée par le doute et l'inquiétude.
Dossier par Jeanne Hoffstetter
Paru le 29/10/2007

-
Haut