Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Les services offerts Comment adhérer au club Contactez-nous

Photo: D.R.

Public
Averti

ANGELS IN AMERICA
(moyenne sur 2 notes)
COMÉDIE DRAMATIQUE de Tony Kushner, mise en scène de Krzysztof Warlikowski, traduit en polonais par Jacek Poniedzialek, avec Stanislawa Celinska, Andrzej Chyra, Magdalena Cielecka, Rafal Mackowiak, Zygmunt Malanowicz, Maja Ostaszewska, Jacek Poniedzialek, Boguslawa Schubert, Danuta Stenka, Maciej Stuhr et Tomasz Tyndyk.
Pour aborder cette saga, cette comédie humaine hallucinée, qui témoigne avec une lucidité impitoyable des errances de l'individu dans un monde déboussolé par l'effondrement des valeurs (la religion, le communisme, les utopies), il fallait au moins un metteur en scène de la trempe de Krzysztof Warlikowski. Épopée théâtrale en deux parties, Le millénaire approche et Perestroïka, Angels in America opère sur plusieurs niveaux mêlant un réalisme proche du boulevard au baroque le plus débridé, le sérieux et l'humour. SPECTACLE EN POLONAIS SURTITRÉ.
THÉÂTRE DU ROND-POINT
2 bis, avenue Franklin-Roosevelt
75008 PARIS
M° Franklin Roosevelt / Champs-Élysées
Tél: 01 44 95 98 21
Web: www.theatredurondpoint.fr

 > Plan d'accès (Google Maps)
 > Plan du métro (RATP)
Voir tous les détails
Le spectacle s'est joué dans ce lieu du 13/05/2008 au 18/05/2008.
CONDITIONS GRAND PUBLIC
Du 13/5 au 18/5: du Mardi au Samedi à 18h30 et Dimanche à 15h00. Places de 33 à 14€. Durée 5h30.

CONDITIONS ADHERENTS
Pour voir les conditions sur ce spectacle et réserver, connectez-vous avec votre compte :
Accès adhérent

VOUS N’ÊTES PAS ENCORE ADHÉRENT ?
Renseignez vous sur « Les services offerts » ou appelez-nous au 01 43 72 17 00
et profiter d’invitations et/ou de tarifs réduits (jusqu'à -70%) sur tous nos spectacles.
Voir comment adhérer
Derniers commentaires des adhérents
Eric S. a écrit le 16/05/2008 à 15h11
    Note =
    Indéniablement long mais certainement nécessaire. La première partie, très bien rythmée, offre des moments d'une intensité émotionnelle incroyable. Les différentes scènes s'enchainent à une cadence endiablée et offrent de chatoyants tableaux. Le fait que la pièce soit jouée en polonais et impose de lire les surtitres ne m'a pas gêné. Au contraire, les mots écrits avaient un poids visuel indéniable et donnaient à la représentation un coté « livre illustré » ou « poème vivant ». Les thèmes abordés sont d'une richesse impressionnante mais peuvent déranger un public non averti. Le temps est laissé à la réflexion : c'est inhabituel et très agréable. La mise en scène est inventive et accrocheuse : l'œil est en permanence toujours sollicité. Les comédiens sont tous fantastiques. Ce premier épisode est du vrai très grand et très beau théâtre qui parle au cœur et à l'âme. J'ai par contre été moins convaincu par la suite : plus sombre, moins dynamique, plus laborieuse, moins flamboyante. Il est vrai également que j'étais fatigué. Le spectacle s'est terminé tard. Je n'ai pas pu rentrer chez moi en métro. Je suis de l'avis de Vincent G.: on devrait pouvoir voir ce spectacle en deux soirs.
Vincent G. a écrit le 14/05/2008 à 11h44
      Note =
    C'est évidemment trop long -et l'entracte de 40 minutes n'est pas suffisant.
    Je suis sorti vidé de la première partie -émotionnellement, c'est dur. Il faut un temps pour s'habituer à la langue polonaise, et jongler avec les surtitrages parfois tronqués et confus lors des dialogues. Cette épopée vaut d'être vue, tel un OVNI, yiddish baroque, la lenteur laisse le temps à la réflexion. Très intéssant ce parti pris pour la langue polonaise définitivement éloignée du judaisme, tout comme notre société s'est distancée d'une vision du SIDA d'avant Luc Montagnier. La reprise de la seconde partie a été difficile; les effets sonores avaient -à l'insu du metteur en scène- des accents de "Seigneur des Anneaux". La lenteur, les lamentations sempiternelles, les leitmotivs des dialogues et de la bande son me sont devenus alors insupportables. Et je suis parti, après la mort interminable de Roy, faute de désir de connaître la fin.
    A voir en deux soirées. Il faut éviter absolument les premiers rangs latéraux, en dehors du champ de la scène.
Haut