Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Notre éthique Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Photo: D.R.

Sujet
Difficile
Convient aux ados
Non

MÉTAMORPHOSES
(moyenne sur 6 notes)
COMÉDIE DRAMATIQUE, d'après Ovide, une mise en scène de Luca Giacomoni, avec Diariatou Basse, Léna Dangreaux, Laëtitia Eïdo, Clémence Josseau, Hadassah Njengue et Sylvie Togba.
Le mythe de la jeune prêtresse Io, changée en génisse. Le drame d’Écho, incapable de dire "je", et ne pouvant que répéter les dernières paroles de son amoureux Narcisse. L’histoire de la nymphe Daphné, qui préféra être changée en laurier plutôt que de céder aux avances d’Apollon. Le destin des soeurs Procné et Philomèle, mutées en oiseaux pour échapper à la vengeance de Térée. Quel sens aujourd’hui ces transformations veulent elles nous communiquer ? Dans la continuité de son travail sur Iliade, Luca Giacomoni confronte comédiennes professionnelles et non-professionnelles dans un récit vertigineux : celui de la fragile condition humaine.
-
Réserver des places
Cartoucherie - La Tempête
Route du Champ-de-Manoeuvre
75012 PARIS
M° Château de Vincennes -Navette ou bus 112
Tél: 01 43 28 36 36
Web: www.la-tempete.fr

 > Plan d'accès (Google Maps)
 > Plan du métro (RATP)
Voir tous les détails
Le spectacle s'est joué dans ce lieu du 16/01/2020 au 14/02/2020.
CONDITIONS GRAND PUBLIC
Durée 1h30.

CONDITIONS ADHERENTS
Profitez d'invitations et/ou de tarifs réduits (jusqu'à 70%) sur tous nos spectacles.

Renseignement au 01 43 72 17 00.

Voir comment adhérer
Notes des adhérents
0
0
2
2
2
Derniers commentaires des adhérents
Tankafer a écrit le 12/02/2020 à 22h01
      Note =
    mise en scène surprenante pour cette valeur sûre du théâtre grec. Toujours un régal de contemporanéité dans les textes d'Ovide.
Catherine V. a écrit le 26/01/2020 à 09h44
    Note =
    J'ai été contente de voir la pièce pour pouvoir me faire une idée de ce qu'est une vision post féministe de la mythologie gréco-romaine. Je n'adhère pas du tout à cette vision cruelle de l'homme qui ne correspond en rien à ce que je ressens dans ma vie personnelle. Au contraire je rêverais d'un théâtre qui repenserait la masculinité d'une façon nouvelle. Cela étant dit j'ai beaucoup aimé les comédiennes, je n'ai pas très bien compris ni pourquoi l'une des comédiennes s'exprimait en allemand (et elle le faisait remarquablement bien) ni pourquoi une autre des comédiennes reçoit une cuvette d'eau sur la tête. J'ai pensé que c'était pour cette raison que le théâtre était surchauffé...
Anne-Marie S. a écrit le 20/01/2020 à 09h41
    Note =
    Mon avis est un peu mitigé. Le texte d'Ovide, tronqué, est confisqué (et trahi aux yeux des spécialistes) pour une cause qui a dû paraître la bonne aux yeux du metteur en scène: la dénonciation des violences faites aux femmes. Le spectateur venu voir illustrer "Les Métamorphoses" reste perplexe.
    Mais si le spectacle peine à convaincre, il faut cependant saluer la performance des actrices et de la remarquable chanteuse. On ne peut pas rester insensible à la dimension novatrice de l'entreprise, qui a su mêler actrices professionnelles et amatrices issues d'une structure d'accueil de femmes vulnérables et victimes de violences. Leur émotion d'avoir été applaudies pour la première fois de leur vie sur les planches était palpable dans les chaleureuses discussions que nous avons eues avec elles lors du buffet qui suivit la première. J'ai été touchée par ces échanges et ainsi amenée à réviser mon jugement sur la représentation.
psylvia a écrit le 17/01/2020 à 12h36
      Note =
    Les "Métamorphoses" est un des textes dits fondateurs, étudiés au collège. J'avais gardé en mémoire des souvenirs passionnants de ces mythes et légendes, racontant des histoires de transformations, d'hommes, de femmes de héros ou de dieux en animaux ou en plantes et mis en poèmes par Ovide.
    J'ai été totalement déroutée par le parti pris du metteur en scène de s'en approprier le titre, mais de n'en extraire que ce que j'ai ressenti comme une agressive succession de violences faites aux femmes, brutale, impartiale.
    Je respecte certes l'intention de Luca Giacomoni, et tout le travail de théâtre-réalité-thérapie préalable réalisé en banlieue, autour de ce sujet d'actualité, douloureux mais nécessaire. J'ai été touchée par l'émotion, les fragilités vécues sur scène, j'ai particulièrement apprécié les moments de chants qui ponctuaient avec sensibilité des scènes insoutenables pour moi... Mais cette adaptation m'a fait, hélas, aller "contre" l'intention du metteur en scène et de ses comédiennes, mises en danger. J'aurais pu, j'aurais DÛ adhérer, je suis restée en dehors.
Haut