Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Photo: D.R.


AU ROYAUME DES FEMMES
TEXTES d'Anton Tchekhov, mise en scène d'André Obadia et Pascale Bouillon, avec Pascale Bouillon.
Qu'elles soient heureuses ou malheureuses, soumises, amoureuses, libres, cruelles, frivoles, versatiles, incomprises … ces femmes rêvent désespérément d'une autre vie … une vie inaccessible ! Avec une grâce infinie mais aussi, profondeur, tendresse, humour, lucidité, poésie … Tchekhov dépeint magistralement les joies et les tourments de l'âme.

-
Réserver des places
THÉÂTRE DU GUICHET-MONTPARNASSE
15, rue du Maine
75014 PARIS
M° Montparnasse-Bienvenüe
Tél: 01 43 27 88 61
Web: www.guichetmontparnasse.com

 > Plan d'accès (Google Maps)
 > Plan du métro (RATP)
Voir tous les détails
CONDITIONS GRAND PUBLIC
Durée 1h15.

CONDITIONS ADHERENTS
Profitez d'invitations et/ou de tarifs réduits (jusqu'à 70%) sur tous nos spectacles.

Renseignement au 01 43 72 17 00.

Voir comment adhérer
Notes des adhérents
1
2
0
0
0
Derniers commentaires des adhérents
  > Béatrice I. a écrit le 29/07/2018 à 16h54
      Note =
    Très beaux textes très bien interprété
  > Daniel - Alain N a écrit le 06/05/2018 à 11h30
      Note =
    C'est un joli moment de théâtre : surtout pour ceux amoureux du théâtre de Tchekhov !!
    Une comédienne seule en scène de grand talent . Quatre portraits de femmes sous forme de saynètes . J'ai retrouvé cette mélancolie de son théâtre , mais aussi cette belle écriture . A découvrir vraiment
  > Sylvie L. a écrit le 08/04/2018 à 10h54
      Note =
    J'ai vu hier soir cette très belle "lecture" du Royaume des Femmes. Pascale Bouillon sait se glisser avec une grande sensibilité dans la peau et l'âme de tous les personnages décrits dans ces magnifiques nouvelles de Tchekov qui sonnent tellement juste. C'est une heure de vrai bonheur théâtral et littéraire, et j'incite les amoureux des belles lettres à applaudir ce sobre et délicat spectacle. Il faut encourager ces "petites" productions qui méritent bien mieux que la dizaine de spectateurs que nous étions hier soir.
Haut