Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Photo: D.R.




GARÇON DU DERNIER RANG (LE)
(moyenne sur 8 notes)
COMÉDIE DRAMATIQUE dès l'adolescence, de Juan Mayorga, traduction de Dominique Poulange et Jorge Lavelli (ed. Les Solitaires Intempestifs), mise en scène par Paul Desveaux, avec Céline Bodis, Alexandra Tiedemann, Martin Karmann, Sam Karmann, Raphaël Vachoux et Frédéric Landenberg.
André, professeur de français désabusé, est captivé par une rédaction de Tom, un élève du "dernier rang", qui décrit la vie familiale de l’un de ses camarades. Commence alors un échange entre l’élève et le professeur, ce dernier le poussant à poursuivre l’exercice littéraire. C’est donc à travers les yeux de cet adolescent que nous approchons l’intimité d’une famille de la classe moyenne. Mais jusqu’où peut-on pousser l’aventure littéraire? Écrite en 2000, la pièce a été adaptée au cinéma par François Ozon sous le titre "Dans la maison".

-
Réserver des places
THEATRE PARIS-VILLETTE
211 avenue Jean-Jaurès
75935 PARIS CEDEX 19
M° Porte de Pantin
Tél: 01 40 03 72 23
Web: www.theatre-paris-villette.fr

 > Plan d'accès (Google Maps)
 > Plan du métro (RATP)
Voir tous les détails
CONDITIONS GRAND PUBLIC
Durée 1h50.

CONDITIONS ADHERENTS
Profitez d'invitations et/ou de tarifs réduits (jusqu'à 70%) sur tous nos spectacles.

Renseignement au 01 43 72 17 00.

Voir comment adhérer
Deux articles en rapport avec ce spectacle :

  > Les adhérents de Starter Plus en visite au Théâtre Paris-Villette Zoom par Régis Daro, paru le 13/03/2018.
  > Un théâtre intimiste et qui ose casser les codes Zoom par Régis Daro, paru le 13/03/2018.
Notes des adhérents
4
2
0
2
0
Derniers commentaires des adhérents
  > Bruno C. a écrit le 20/03/2018 à 18h37
      Note =
    très belle mise en scène, avec un décor élégant et intelligent, ça fonctionne vraiment bien, très bien interprété
    Avec une merveilleuse présentation par le metteur en scène pour une visite exceptionnelle du décor et du théâtre organisé par Starter, merci beaucoup. Un véritable plaisir
  > Jean-François Fouque (j2f.) a écrit le 20/03/2018 à 13h25
      Note =
    .
    N'ayant pas vu le film d'Ozon, je me suis glissé dans ces
    histoires sans à priori, immédiatement intéressé et séduit
    par le récit central avec sa double, voire triple perversion,
    mais aussi le fil conducteur des rapports des deux jeunes
    élèves, l'incompréhension qui règne dans chaque couple,
    ainsi que les interactions satellites, (cf : le zoom de Régis
    Caro sur le site Tatouvu). Le décor et le rythme lent de la
    mise en scène, donne au public une place d'observateur,
    qui tend indiciblement, irrémédiablement, au voyeurisme,
    presque au point de regretter de ne pas en voir plus, au-
    delà des murs... La justesse de l'interprétation, contribue
    très largement à la qualité de cette pièce que je conseille,
    il ne reste plus que quelques jours !
    .
    j2f.
    .
  > Bernard B. a écrit le 14/03/2018 à 12h59
    Note =
    L'interprétation de l'élève est un peu trop lisse pour le personange, mais je n'ai pas vu le temps passer tant la pièce est intéressante et la mise en scène excellente!
  > Thierry D. a écrit le 14/03/2018 à 10h13
      Note =
    Un peu long, mais l'intrusion dans l'intimité de cette famille est tellement bien réalisée. Eviter les premiers rangs pour profiter pleinement de la scénographie, en plan large sur 2 étages, superbe.
  > psylvia a écrit le 14/03/2018 à 01h13
      Note =
    J'ai particulièrement aimé ce spectacle et en ai encore davantage apprécié la mise en scène ayant assisté au préalable à la visite guidée du théâtre et à la rencontre avec le metteur en scène qui nous a expliqué sa démarche, et son choix du décor. Cette scène "vitrée", de la maison, qui m'a donné en accès direct, un peu, en mode voyeur intrusif à cette vie de famille, cette perception intérieure /extérieure m'a tout de suite permis d'entrer en immersion avec le vécu des personnages et d'en suivre avec eux l'intensité du vécu dramatique. Grande qualité de suspens, ... si on a oublié l'issue de " Dans la maison " , qui aurait cependant encore gagné en vibration de rebondissement si quelques longueurs nous avaient été épargnées ...
Voir tous les commentaires
Haut