Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Notre éthique Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Photo: D.R.

Public
Grand public

FANTASMES DE DEMOISELLES - Théâtre 14
MUSIQUE de René de Obaldia, adaptation et mise en scène de Pierre Jacquemont, musique de Lionel Privat, avec Manon Landowski, Isabelle Ferron, Laurent Conoir, Pierre Jacquemont et le duo instrumental: Piano-Chef de chant: Vincent Leterme, accordéon, guitare et percussions: Stéphane Puc.
Ce music-hall onirique racontera le voyage nocturne de demoiselles en quête de l’âme sœur et de l’homme idéal... Au petit matin, il faut se rendre à l'évidence: le Prince charmant n'existe pas. C'est à l'amour de rendre le voisin de bureau prince et charmant! Avec sa verve poétique et sa fantaisie jubilatoire René de Obaldia est lui-même un fantasme, un ovni littéraire, un "académicien encore vert", inventeur de "la littérature du plus léger que l'air".
-
THÉÂTRE 14
20, avenue Marc-Sangnier
75014 PARIS
M° Porte de Vanves
Tél: 01 45 45 49 77
Web: theatre14.fr

 > Plan d'accès (Google Maps)
 > Plan du métro (RATP)
Voir tous les détails
Le spectacle s'est joué dans ce lieu du 06/09/2011 au 22/10/2011.
CONDITIONS GRAND PUBLIC
Jusqu'au 22/10: Mardi, Vendredi et Samedi à 20h30, Mercredi et Jeudi à 19h00, Samedi à 16h00. Places à 25€. Durée 1h40.

CONDITIONS ADHERENTS
Profitez d'invitations et/ou de tarifs réduits (jusqu'à 70%) sur tous nos spectacles.

Renseignement au 01 43 72 17 00.

Voir comment adhérer
Un article en rapport avec ce spectacle :

  > Pierre Jacquemont Interview par Alain Bugnard, parue le 19/09/2011.

Derniers commentaires des adhérents
Michel D. a écrit le 15/09/2011 à 13h40
      Note =
    Spectacle original mais les scènes sont toutes semblables. Bon accompagnement des musiciens.
Annie B. a écrit le 14/09/2011 à 12h20
      Note =
    UNE BONNE SOIREE.BONNE PERFORMANCE DES ACTEURS.
Odile A. a écrit le 11/09/2011 à 23h25
      Note =
    J'ai été très déçue : 1er sketch incompréhensible (pleins d?abréviations). Ensuite un empilement de scénettes où la chorégraphie est déconnectée des paroles. Quelques bons moments, mais pas assez pour contrebalancer un texte globalement sans intérêt.
Haut