Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
D.R.
Zoom par Philippe Escalier
Je m’appelle Asher Lev
Théâtre des Béliers

Cette remarquable pièce d'Aaron Posner, d'après le roman de Chaim Potok, sur le dépassement de soi et l'irrésistible accomplissement d'un exceptionnel destin d'artiste dans un milieu religieux contraignant, est portée par trois magnifiques comédiens.
Au théâtre, comme au cinéma, les anglo-saxons ont l'art du récit. La pièce d'Aaron Posner en est une belle illustration, avec cette facilité à construire une histoire, toute en finesse. Aucun effet de style, tout est pur, tout est limpide et pourtant l'essentiel et l'émotion sont au rendez-vous dans ce qui est une parfaite description d'un individu aux prises avec ses contradictions entre ses aspirations profondes et son milieu familial.
Asher Lev nous plonge dans une famille juive orthodoxe de Brooklyn après-guerre. Le religieux est son centre de gravité, sa raison d'être. Autant dire que lorsque, très tôt, les qualités hors normes de dessinateur d'Asher Lev apparaissent, son père est plutôt catastrophé par ce qui lui semble être une manifestation du malin. Respectueux de sa famille et de ses traditions, l'enfant puis l'adolescent se trouve face à un dilemme : va-t-il obéir à sa passion dévorante ou respecter les traditions ? Ce combat intérieur sera livré dans un milieu qui ne connait pas la violence, mais qui est tout de même particulièrement oppressant et obtus. Le débat autour de la question : "Pourquoi dessines-tu des femmes nues ?" est un moment délicieux où l'incompréhension du père génère des réactions cocasses. Le balancement entre le tremblement de terre qui secoue le cercle familial et la drôlerie qui, par moment, en résulte est l'une des grandes qualités de cette pièce qui sait, en outre, si bien parler de la mission de l'Art et de la responsabilité de l'artiste. Tenu en haleine par un discours léger, tellement subtil, le spectateur se laisse embarquer dans cette histoire captivante d'un bout à l'autre. Il ne se passe rien de grave, et pourtant c'est un drame d'incompréhension qui se joue entre ce fils artiste et son père qui ne voit dans sa réussite que trahison et démission face aux exigences d'un judaïsme intégriste. Dans l'irréprochable adaptation et mise en scène de Hannah-Jazz Mertens, les trois comédiens sont en osmose parfaite avec le texte et jouent avec une délicatesse peu commune. Guillaume Bouchède est exemplaire dans l'incarnation de ses quatre personnages, dont celui du père, tout comme Stéphanie Caillol, magistrale en mère aimante mais toujours un peu en retrait. Benoît Chauvin (en alternance avec Martin Karmann) pour sa part, s'épanouit dans le rôle-titre, depuis la petite enfance jusqu'au succès final, tout juste atténué par l'éternel désarroi paternel, consterné de devoir dire que son fils est peintre ! C'est peu dire que cette pièce nous parle et tout est réuni aux Béliers pour la découverte réjouissante d'un texte construit autour du combat pour l'émancipation au service de l'Art.
Paru le 08/02/2024

(40 notes)
JE M'APPELLE ASHER LEV
THÉÂTRE DES BÊLIERS PARISIENS
Jusqu'au vendredi 3 mai

THÉÂTRE CONTEMPORAIN. Dans le Brooklyn d’après-guerre, Asher Lev veut devenir peintre à tout prix, contre la volonté de sa famille, de sa communauté et de ses traditions. Asher Lev dessine comme il respire. L’histoire d’un jeune juif orthodoxe de Brooklyn, qui, aux portes du monde prodigieux de l’art, devra choisir : o...

Voir tous les détails