Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire

Helena Noguerra
© Fabrice Mabillot
Dossier par Jeanne Hoffstetter
Un dernier rêve pour la route
au théâtre du Rond-Point

Aidée par sa mère, Iléna met fin à ses jours. Sur un lit géant, elle s'endort d'un sommeil peuplé de rêves qui vont nous permettre de comprendre ce qui l'a amenée là. Inspirée de faits réels, et malgré le tragique de l'histoire, Helena Noguerra signe une fable pleine de vie et d'humour, mise en scène par Catherine Schaub.

Catherine Schaub

Souvent associée dans ses mises en scène aux pièces de Léonore Confino, elle dit d'Helena Noguerra que c'est une artiste exceptionnelle dont elle aime particulièrement la fantaisie. « Sa personnalité me séduit énormément. C'est un vrai soleil sur un lit de chagrins. Dès que je l'ai lue, j'ai eu envie de monter cette pièce singulière à l'écriture poétique, pudique et d'une grâce infinie. J'aime cette façon d'aborder un sujet grave avec insolence et espièglerie. »

La relation mère-fille est le nœud de cette histoire entre réalité et fantasme
Oui. L'autrice a transposé avec une apparente légèreté, une histoire tragique qui résonne en elle. Il s'agit d'une relation complexe entre une mère et sa fille qui fait sa troisième tentative de suicide. Dès lors elle n'a qu'une issue, aider sa fille à en finir. Alors qu'Ilena se meurt, elle fait quatre rêves qui permettront de comprendre quel a été son cheminement pour en arriver là.

Parlez-nous de votre idée de mise en scène, de votre distribution, et des difficultés que vous avez certainement rencontrées pour donner vie à ces rêves.
Un lit immense occupe tout le plateau dans lequel Iléna convoque fée, triton, papillon philosophe... Ce linceul devient au fil des rêves un océan, un ring de boxe... Nous devions inventer un univers esthétique à la hauteur du conte, trouver un certain réalisme à ces quatre rêves, tout en respectant l'équilibre délicat, entre légèreté et profondeur. C'était ça le vrai défi ! Héléna m'a proposé l'incandescent Romain Brau pour jouer à ses côtés tous ces personnages étranges. Christiane Cohendy, puissante, joue le rôle de la mère, le magnétique Pierre Notte interprète le prince plus tout à fait charmant.

En conclusion ?
Cette pièce est un défi pour un metteur en scène et je suis tellement heureuse de pouvoir donner corps à l'univers d'Héléna Noguerra avec ces artistes inspirants et l'immense talent du compositeur Philippe Eveno qui sera sur scène avec eux en compagnie de sa guitare.

Christiane Cohendy, est la reine-mère

Son nom s'impose lorsque l'on évoque celles et ceux qui ont magnifiquement servi le théâtre et ses auteurs, qu'ils appartiennent au répertoire classique ou contemporain. De la tragédienne aux femmes de pouvoir, sans négliger fantaisie et poésie, elle aime changer les couleurs dont elle se pare, sauter d'un personnage à l'autre, toujours puissant quel qu'en soit le registre, et selon la grande liberté que lui offre la palette de son talent. S'entretenir avec elle est un plaisir centré ici sur la pièce qu'elle jouera dès juin prochain aux côtés d'une équipe pour laquelle elle n'a que dithyrambes, à commencer par Héléna Noguerra qu'elle connaît depuis longtemps.

J'ai trouvé cette symétrie affective entre le personnage d'Hamlet et celui d'Iléna

« Je suis entrée, en travaillant ce texte, dans un univers très étonnant, poétique, audacieux, captivant. Cette « Reine-Mère" que j'interprète est comme la Reine d'un conte maléfique : elle vole au secours de sa fille Iléna mais elle l'aide à mourir. Entre vie et mort, Iléna rêve. Elle exécute soigneusement celui que j'appelle volontiers « le vieil homme » qui, pendant des siècles, a été le maître absolu. Elle démystifie la si tenace romance du prince Charmant. Des mères, j'en ai joué beaucoup et de fort différentes, mais celle que ressuscite en moi la Reine-Mère d'Héléna Noguerra, c'est celle d'Hamlet, c'est Gertrude. D'ailleurs, j'ai ressenti comme une symétrie affective entre le personnage d'Hamlet et celui d'Iléna : Hamlet aboulique, blessé par la conduite de sa mère, a lui aussi perdu le sens et ne sait s'il doit vivre ou mourir. Plus on travaille ce texte et plus ses ressorts profonds nous éveillent et nous touchent. Qui ne s'est posé la question « d'être ou ne pas être » ? Et comment y répondre concrètement ? Héléna Noguerra n'a peur d'aucune question et affronte l'énigme d'une tournure vive et allègre. Je suis sur son territoire, dans sa tête, et ne cesse de m'approcher d'elle, de mettre mes pas dans sa danse des mots. »
Paru le 30/05/2023
UN DERNIER RÊVE POUR LA ROUTE   (13 notes)
THÉÂTRE DU ROND-POINT
Du mardi 6 juin au samedi 24 juin 2023

THÉÂTRE CONTEMPORAIN. Un lit immense, à la hauteur de sa démesure… Là, Iléna dort, règne et rêve, danse ou convoque des fées, des créatures marines, des lapins géants ou un papillon bavard… Elle a préparé un cocktail détonant, poudre de magie et barbituriques. Elle veut disparaître, s’évaporer dans un nuage de joie et ...

Voir tous les détails