Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire

D.R.
Fleur et Thibaud Houdinière
Le théâtre La Bruyère change de direction
Fleur et Thibaud Houdinière ont repris le théâtre La Bruyère en ce début d'année. L'occasion de faire le point sur la belle aventure vécue par la famille Houdinière avec Atelier Théâtre Actuel et de définir leurs objectifs, tout en donnant la parole à Gilles Dyrek dont la comédie « Le Retour de Richard 3 par le train de 9 h 24 » actuellement à l'affiche du La Bruyère marque les débuts de cette nouvelle équipe.

Le Théâtre La Bruyère : qu'allez-vous en faire ?
Un bijou (rires) ! Nous voulons le faire rayonner en défendant notre ligne artistique qui est un théâtre populaire, exigeant et accessible. On aime raconter des histoires, les auteurs contemporains, les textes qui ont de la profondeur.
Un des meilleurs exemples de ce que nous faisons, c'est probablement « Adieu Monsieur Haffmann ». Après avoir reçu le texte de Jean-Philippe Daguerre, nous sommes les seuls à avoir voulu le produire. C'est devenu le succès que cela a été mais si nous avions eu notre lieu à Paris à l'époque, les choses auraient été plus simples.

Vous avez pris cette décision d'achat rapidement ?
Nos liens sont étroits avec le La Bruyère, associé à Atelier Théâtre Actuel depuis quinze ans. Nos bureaux sont situés dans les locaux même du théâtre depuis dix ans ce qui va maintenant être très pratique pour nous, c'était dans la logique des choses. En septembre, nous avons concrétisé l'achat auquel nous pensions et dont nous parlions depuis longtemps.

Selon vous, combien de temps faut-il pour imprimer sa marque sur un théâtre ?
Il faut une ou deux saisons mais cela peut aller vite. Le "Sherlock Holmes", un spectacle très familial qui connait un gros succès depuis mai 2022, continue d'être programmé à 19 h. Il permet à beaucoup de gens que nous voulons fidéliser de découvrir le La Bruyère. C'est un parfait début de soirée avant l'excellent « Retour de Richard 3 par le train de 9 h 24 » qui se joue à 21h00.

Comment définiriez-vous Atelier Théâtre Actuel, votre société de production déjà propriétaire d'un théâtre du même nom en Avignon ?
Nous sommes une société de tournée théâtrale créée par Jean-Claude Houdinière il y a plus de 50 ans, devenue une société de production. Nous marchons au coup de cœur, tout part de là, mais il faut aussi que ce soit viable, sinon l'entreprise ne tournerait pas. Depuis quinze ans, nous produisons quasiment tous les spectacles que nous diffusons. Ils sont créés, pour certains à Paris dans les théâtres amis et partenaires et, pour d'autres, lors du festival d'Avignon et notre idée est de garder cette chaîne Avignon-Paris au bout de laquelle il y aura maintenant le théâtre La Bruyère. Pour nous, c'est un outil, un accélérateur. Nous avons pu connaitre des frustrations avec des spectacles ne trouvant pas dans la capitale le lieu ou les conditions qu'ils méritaient.
Le travail des textes est devenu très important pour nous. Nous nous sommes aperçus qu'un texte pouvait être bon mais pas forcément tout à fait prêt pour la scène. Nous ne sommes pas auteurs mais nous avons ce regard de directeur artistique qui permet d'améliorer une pièce à la marge. C'est de l'art vivant. Les auteurs français avaient un peu de mal au début. Aujourd'hui, ils sont très à l'écoute dans ce qui est un vrai travail d'équipe avec les metteurs en scène. Par ailleurs, nous chouchoutons au mieux nos comédiens, (nous avons été tous les deux comédiens, nous savons par quoi ils passent !) on les accompagne, on les écoute, on les conseille. Et au final, ce que nous voulons, c'est apporter notre savoir-faire et notre énergie. Avec le cœur car nous croyons vraiment que c'est ce qui fonctionne. Pour le reste, nous n'avons pas de recette, c'est de l'artisanat, nous sommes immergés complètement dans cette recherche d'aventures humaines à destination d'un large public qui nous permettent d'être, tous, le plus heureux possible !


Gilles Dyrek :
« J'ai voulu rendre un hommage au théâtre »


Acteur, auteur de théâtre, Gilles Dyrek, après des pièces à succès comme « La Touche étoile » ou "Venise sous la neige », est à l'affiche du La Bruyère avec sa dernière comédie « Le Retour de Richard 3 par le train de 9 h 24 ».

La genèse du « Retour de Richard 3 par le train de 9 h 24 » est assez cocasse. Tout commence par un film tourné en 2018 par Éric Bu dont Gilles Dyrek a écrit le scénario basé sur une idée de son réalisateur. « J'ai participé au tournage en tant qu'acteur et lors d'une projection, Thibaud Houdinière m'a demandé de l'adapter au théâtre en précisant qu'il garderait les mêmes comédiens ». Le film est un huis-clos : « J'ai voulu rendre un hommage au théâtre et aux comédiens mais je ne pensais pas qu'il serait un jour rendu sur une scène ».

La rencontre avec Éric Bu s'est faite en 2016, quand Gilles Dyrek est allé voir son dernier film. « J'ai beaucoup aimé son travail. Lui est venu me voir jouer dans deux de mes pièces à Avignon en me disant qu'il aimerait que nous collaborions ensemble. Deux ans après, cela a donné notre film. On s'entend bien, nous sommes très complices et les choses sont faciles entre nous ». Les deux artistes partagent de nombreux projets. Au moment du second confinement, Éric Bu ayant dû arrêter « Lorsque Françoise paraît », spectacle écrit autour de Françoise Dolto avec Sophie Forte, il demande à Gilles Dyrek de lui écrire une mini série Youtube pour que les comédiens continuent à jouer et cela a donné l'absurde et très joyeux « Lorsque Françoise disparaît ».

Le succès obtenu lors du dernier festival d'Avignon a mis Gilles Dyrek en joie. « C'était magique de voir que cette histoire intéressait tellement de monde. La reprise au La Bruyère, je la vois comme un grand honneur, la famille Houdinière ayant avec le répertoire de L'Atelier Théâtre Actuel tellement de possibilités de choix ».

Gilles Dyrek ne pouvait rêver mieux que cette belle aventure à savoir être à l'affiche pour les débuts d'une nouvelle direction. « C'est agréable d'être proche de ce groupe devenu au fil du temps un groupe d'amis ». Sans oublier que son père était sur les planches du La Bruyère avant sa naissance : « Depuis, j'ai dû voir tout ce qu'a fait Stephan Meldegg. C'est là que j'ai appris à faire du théâtre, en allant voir Terzieff, Échantillon, Fo... ».

Son « Retour de Richard 3 par le train de 9 h 24 » est une pièce ayant plusieurs prétextes. D'abord l'amour de l'auteur pour les comédiens, même si c'est parfois un amour un peu vache, propice à quelques petites moqueries. Le sujet permet ensuite de montrer des acteurs ailleurs que sur le lieu habituel de leur travail, se prêtant à un jeu de rôles assez cocasse. Enfin, on y trouve l'expression du besoin de réconciliation et de bienveillance à l'intérieur d'une famille. Tels sont les grands sujets tricotés pour cette comédie, difficile à résumer mais si agréable à regarder, qui fait les délices des spectateurs du nouveau La Bruyère
Dossier par Philippe Escalier
Paru le 24/01/2023