Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Les services offerts Comment adhérer au club Contactez-nous

© Giovanni Cittadini Cesi
François Morel
Tous les marins sont des chanteurs, au théâtre du Rond-Point
Yves-Marie Le Guilvinec... Artiste, compositeur et marin Breton mort en mer en 1900 et inconnu de tous. Mais le hasard, s'il existe, fait que François Morel déniche dans un vide-grenier d'Ille-et-Vilaine une vieille revue endommagée contenant douze magnifiques chansons écrites et illustrées par l'inconnu... C'est du moins ce qu'il raconte pour aiguiser notre curiosité.
Un livre et un album déjà sortis, et maintenant un spectacle autour de sa vie et de ses chansons. Yves-Marie Le Guilvinec tient là sa revanche ! Mais ôtez-nous d'un doute, l'histoire est trop belle et vous amuse, non ? Racontez-nous.
Oui, j'ai toujours du mal à choisir entre la rigolade et la mélancolie, ou plutôt je mélange les deux. On s'est amusés avec Gérard Mordillat et Antoine Sahler ; au départ, on a écrit une dizaine de chansons, puis on a inventé l'histoire, la biographie de ce marin. Ce qui donne une conférence chantée sur l'œuvre et la vie de Yves-Marie Le Guilvinec, poète et marin Breton qui a péri en mer en 1900 et que personne ne connaît. C'est aussi une évocation de la vie extrêmement difficile en Bretagne au début du siècle dernier quand les marins partaient parfois plus de neuf mois sur un bateau. Et puis, ça fait parfois écho à notre société actuelle, à des discours s'élevant contre la solidarité humaine. Voilà, il y a un peu de gravité et beaucoup d'humour, parce que ça je ne peux pas m'en empêcher, et je suis bien entouré !

Vous vous lancez à cette occasion dans les chansons de marins ! D'où vous est venue cette idée, ou cette envie ?
Oui, c'est un concentré de vie toutes ces chansons qui parlent de départ, de retrouvailles d'amour, d'amitié, de toutes ces choses qui nous animent. L'idée est venue d'un Festival organisé au Havre par Odile Conseil et Gérard Mordillat qui voulaient que je vienne conclure en chantant des chansons de marins. Comme je n'avais pas ça dans mon répertoire, ils m'ont suggéré des chansons d'Hugues Auffray, de Renaud... Mais je me suis dit que ce serait plus marrant de découvrir des choses inédites. Voilà d'où est partie notre histoire ! C'est une aventure absolue parce que je vous le dis, si j'ai du mal à vous mentir, à mentir à une seule personne, je peux parfaitement mentir à mille personnes !

Vous donnez donc vie à un personnage purement imaginaire...
Moi, je me dis qu'un personnage est vrai à partir du moment où on lui donne vie sur scène. Quand on joue Hamlet ou monsieur Jourdain, on leur donne une réalité, même s'ils n'ont jamais existé. Donc Yves-Marie Le Guilvinec existe puisque c'est mon métier de faire croire que ce personnage existe.

Vous voici une fois encore au théâtre du Rond-Point chez Jean-Michel Ribes avec lequel vous partagez ce goût de l'humour absurde, derrière lequel se cache peut-être un brin d'inquiétude...
Oui et j'en suis très heureux parce qu'il a été vis-à-vis de moi d'une fidélité absolue, qu'il est pour moi un compagnon artistique très important et un formidable animateur de théâtre. Et parce que son mandat au Rond-Point va bientôt prendre fin, j'avais envie de venir faire la fête de ce marin Breton avec lui !
Interview par Jeanne Hoffstetter
Paru le 20/05/2022
Haut