Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Les services offerts Comment adhérer au club Contactez-nous

© François Fonty
Comme il vous plaira de William Shakespeare à la Pépinière
Cette pétillante comédie de William Shakespeare, superbement adaptée, mise en scène et jouée, donne lieu à un remarquable moment de théâtre.
Ce spectacle qu'il nous plait de sous-titrer « Les Frères ennemis », est délicat à résumer du fait de son scénario quelque peu alambiqué, l'auteur lui même n'hésitant pas à s'en moquer au début de son intrigue. Mais qu'importe puisque le sel de cette pièce écrite en 1599 ne réside point dans son histoire dont il suffit de savoir que deux frères, ayant chacun une fille en âge de convoler, se disputent le pouvoir suprême, pendant que deux autres, nobles, se combattent suite au décès de leur père, ces quatre destins fraternels contrariés venant interférer et perturber une belle idylle naissante. Ceux que le sort a défavorisé trouvent refuge, pour un temps, dans une forêt où, soyez rassurés, l'amour finit par triompher. Tout est donc bien qui finit bien !
À la Pépinière, de toute évidence, avec « Comme il vous plaira », les ingrédients propres à ravir un public exigeant sont réunis. Un texte jubilatoire pour commencer, parfaitement ciselé et rendu plus pétillant encore par l'adaptation lumineuse et légère de Pierre-Alain Leleu faisant ressortir les subtilités incomparables de cette langue toujours si richement imagée et porteuse d'un irrésistible humour. La mise en scène ensuite permet d'en faire un petit bijou. L'une des options consiste à occuper tout l'espace disponible, y compris la salle, autorisant les comédiens à se déplacer et à faire corps avec le public. Ces nombreux mouvements, toujours très maîtrisés, donnent une énergie particulière au spectacle. Léna Bréban fait ensuite feu de tous bois. Son décor, simple et pratique, parfaitement suggestif, permet de revivre aisément chaque situation. La musique (en live) est utilisée en guise de ponctuation festive, accroissant ainsi le ravissement du public heureux d'entendre quelques tubes pop des années 70 venus souligner, avec un vrai sens de la dérision, le côté féérique et délicieusement improbable du récit. Tel est l'écrin dans lequel la troupe donne libre court à son talent. Barbara Schulz, qu'elle soit princesse (Rosalinde) ou travestie en homme pour les besoins de sa fuite, est d'une énergie et d'une grâce peu communes, jouant l'amoureuse transie, hypnotisée par le charme envoutant d'un nobliau prenant les traits de Lionel Erdogan. Le jeune acteur fait tant et si bien qu'additionnant toutes les qualités, il séduit la princesse par son allure et le public par son jeu (l'inverse est vrai aussi !). Pour compléter ce joyeux duo, il fallait tout le talent d'Ariane Mourier qui donne à l'autre princesse (Célia) une éclatante présence. Adrien Dewitte est radieux, sans défaut, aussi convaincant en frère jaloux prêt à tout qu'en repenti sincère que les leçons de la vie ont transformé. Jean-Paul Bordes alterne, selon les moments, le duc impitoyable et le serviteur fidèle en fin de vie, (fort bien grimé), aussi percutant dans chacun de ses deux rôles. Pierre-Alain Leleu joue un Jacques assez extravagant, voyageur mélancolique, personnage récurrent chez Shakespeare venu notamment nous offrir la fameuse réplique « Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n'en sont que les acteurs ». Éric Bougnon en duc exilé, tombé du bon côté de la force, Léa Lopez et Adrien Urso (en paysans ayant du mal à s'accorder) sont à l'unisson. Cette merveilleuse équipe qui ne manquera pas de vous plaire vous offre deux heures de plaisir rare que vous ne verrez pas passer !
Zoom par Philippe Escalier
Paru le 01/03/2022
Haut