Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Les services offerts Comment adhérer au club Contactez-nous

© PascalIto
Di(x)Vin(s)
FX Demaison au théâtre de l’Œuvre
Pour y présenter son quatrième spectacle, François-Xavier Demaison « ose » enfin investir la scène du joli théâtre qu'il codirige depuis cinq ans avec Benoît Lavigne et Kim Poignant. Une belle occasion pour parler de nouveau avec lui, de ce qui lui tient à cœur.
Le spectacle : Ils sont divins ces moments que l'on partage autour d'une bonne bouteille. Il en sait quelque chose, lui qui avec Dominique Laporte, meilleur sommelier de France, a créé ses cuvées Mirmanda, et vise les grands crus. Mais ne vous attendez pas pour autant à entendre parler de bouteilles toute la soirée. Non, car c'est fou ce que dix bouteilles remontées de la cave peuvent raconter. « Ce n'est pas un spectacle sur le vin, ni sur l'alcoolisme. J'avais envie de me réinventer, de trouver un fil rouge original dans une période où nous souffrions tous d'être par force un peu éloignés les uns des autres. Alors j'ai trouvé ce joli prétexte, très légitime puisque le vin me passionne. Issu d'une famille de bons vivants, j'avais des prédispositions. Puis au fil de mes tournées j'ai rencontré tous ces vignerons qui m'ont ouvert les portes des métiers de la vigne. J'ai pensé que c'était une bonne manière de nous rapprocher et que ça allait apporter un peu de convivialité au spectacle. Déjà en province l'accueil est enthousiaste, les gens sont debout à la fin. Ça fait vraiment plaisir ! »

Que se passe-t-il alors autour de ce « joli prétexte » pour que les spectateurs soient à ce point, et chacun à sa manière, touchés ? « En fait, il y a différents tableaux. Chaque bouteille amène un personnage, un souvenir, et ces souvenirs se mêlent à ceux des spectateurs. Il y a du rire, mais une jolie petite nostalgie traverse le spectacle qui se termine sur une belle émotion. Ce que je raconte est proche de l'os. J'évoque mes souvenirs avec beaucoup de sincérité et je pense que cela touche les gens. »

Le théâtre, une grande passion : On le sait, petit déjà il s'y voyait bien, en haut de l'affiche. Mais avec des parents avocats, l'idée n'est pas des meilleures, il faut bien que jeunesse se passe... Elle sera donc consacrée aux études, du droit, puis Sciences Po. Il s'en sort avec les honneurs et peut dès lors revenir à son idée fixe, rejoindre le clan de ceux qu'il voyait sur scène quand son grand-père l'emmenait le mercredi à la Comédie Française. Retrouver ce parfum si particulier, les rideaux rouges, la salle plongée dans le noir et les projecteurs sur la scène... « C'est un rêve d'enfance. J'ai toujours considéré que le théâtre est un lieu sacré où l'on se sent protégé du monde extérieur.»

Acteur, humoriste, alors oui, il est monté sur les planches, on le voit aussi au cinéma, à la télévision, il fait des doublages et de la production. Mais son amour du théâtre est si fort, son rêve d'en diriger un, si grand, qu'il accepte avec joie et gratitude en 2016 après le départ de Frédérick Frank, de reprendre la direction du théâtre de L'Œuvre avec Benoit Lavigne et Kim Poignant,

Cinq ans déjà... « Ce lieu je l'aime profondément et c'est un honneur pour moi d'en être un des passeurs. Je me souviens des mises en scène de Georges Wilson qui avait dirigé ce théâtre, et de Jacques Dufilho. J'étais aussi un grand fan de Robert Hirsch que j'ai eu la chance d'accueillir ici en tant que directeur cette fois, pour sa dernière pièce, «Avant de s'envoler» de Florian Zeller. Je me souviens du réveillon que nous avions fait après le spectacle. C'était extraordinaire de partager ça avec lui. » Et le voilà qui à son tour va fouler les planches de son théâtre ! « Oui, je vais oser après avoir oublié un peu mon nombril d'acteur, et m'être beaucoup intéressé au talent des autres, ce qui est un bonheur et m'enrichit énormément. Il m'aura fallu cinq ans pour sauter le pas en présentant mon spectacle dans ce lieu où j'ai vu tant de grands acteurs depuis qu'on a repris la direction, ou avant. Notre salle est idéale pour «Di(x)vin(s»), et je suis vraiment très ému. »

Le théâtre de l'Œuvre aujourd'hui. En attendant le feu vert pour rejoindre sa place, ou après l'avoir quittée, au sein même du théâtre, l'Ubu café nous attend, agréable, chaleureux, avec son petit quelque chose d'unique... « On a vraiment voulu que ce soit un espace de convivialité où l'on peut tranquillement échanger autour d'un verre, y accueillir les acteurs et le public. Et je vous assure que je me suis investi dans la sélection des vins, et que nous avons à la carte de très bons produits. C'est un bonheur pour nous, cet endroit ! »

La programmation ? « En essayant toujours de faire la part belle au théâtre, nous accueillons d'autres formes de spectacles, humour, musique, seuls en scène... Et le public nous suit, même en cette période incertaine et difficile il est là. Et je suis un grand optimiste ! »
Zoom par Jeanne Hoffstetter
Paru le 15/03/2022
Haut