Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Les services offerts Comment adhérer au club Contactez-nous

© Bruno Perroud
Luq Hamett
Ciel ma belle-mère !
Homme de spectacle, Luq Hamett s'est rendu célèbre pour avoir prêté sa voix à des héros de films, séries ou dessins animés américains. A partir des années 2000, il s'est concentré sur la direction de comédiens puis celle en 2014, du Théâtre Edgar où il reprend son plus grand succès « Ciel ma belle-mère ! » d'après Feydeau.
Pourquoi avoir adapté ce Feydeau ?
« Le Mariage de Barillon » est assez méconnu. Feydeau était un génie qui écrivait très vite mais il était soumis à des délais très serrés et certaines de ses pièces, comme « Barillon », n'ont pu être menées à bout : tout est dans la pièce, simplement il n'a pas eu le temps de tirer tous les fils. Ce bijou, écrit avec onze personnages, je rêvais de le monter depuis des années. Pour répondre aux contraintes actuelles, dans une salle de 132 places, il fallait l'adapter. Mais le public ne s'y trompe pas : la pièce a été le plus gros succès du Théâtre Edgar avec 103 représentations de pur bonheur (nous étions plein tous les soirs). Seule la Covid a pu nous interrompre. Il nous fallait absolument la reprendre, ce sera chose faite à partir du 18 janvier 2022.

Un mot sur la distribution ?
Pour le premier rôle, j'avais vu sur scène David Martin dans « Trois jeunes filles nues » où il chantait, faisait des claquettes et je m'étais mis en tête de travailler avec lui. J'ai produit et mis en scène « À vos souhaits » avec Gwénola De Luze, qui s'imposait dans le rôle de la belle-mère. Autour, j'ai voulu réunir des personnalités, Emmanuel Vieilly qui me fait mourir de rire, Stéphane Ronchewski, un acteur plein de fantaisie. Pour la jeune première, on a fait passer des essais : gentillesse ou professionnalisme (probablement les deux) toute l'équipe a retenu ma fille Rosalie. Jouer avec elle sera une première pour moi. Je me suis réservé un petit rôle qui m'amuse beaucoup car je peux y mettre tout ce que j'ai fait durant ma carrière. Je suis l'employé de mairie (artiste raté assez loufoque) responsable d'une erreur de ligne fatale dans l'acte de mariage, c'est par lui que la belle-mère se trouve mariée à son gendre !

On connait vos capacités exceptionnelles à faire des voix. Vous jouez de cela aussi durant le spectacle j'imagine ?
J'aime tellement ça ! J'adore les rôles de compositions, que ce soit au doublage ou sur scène. Créer un personnage (ici venu du monde rural) est ce qui me passionne le plus.

Ce petit bijou va se jouer dans un théâtre complètement rénové !
Totalement ! On a profité du second confinement pour revoir toute la salle. Nous avons créé un carré Or avec les 4 premiers rangs centraux, le reste est en première catégorie et numérotés. Les banquettes ont été rendues beaucoup plus confortables. C'est dans ces conditions merveilleuses que nous allons jouer.

Vous diriez que gérer un théâtre est une forme de sacerdoce ?
Sans conteste ! Mais avoir mon théâtre, c'est extraordinaire, c'est mon outil de travail. C'est ce qui me permet de créer, de distribuer mes pièces comme je l'entends, ainsi que j'ai pu le faire avec la dernière pièce de Marc Fayet, « Le Switch » que j'ai adoré mettre en scène et qui vient de partir en tournée. Je donne beaucoup au Théâtre Edgar mais c'est le prix de ma liberté !
Interview par Philippe Escalier
Paru le 25/02/2022
Haut