Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Yveline Hamon
Le théâtre est un échange
"Pour être acteur, il faut être libre. C'est très joyeux de prendre conscience d'une telle chose." Un sentiment dont témoigne la carrière de cette magnifique comédienne que l'on retrouve au Théâtre 14, dans "Souvenirs fantômes" d'Arnold Wesker.
Qu'elle soit sur les planches, face à la caméra ou qu'elle évoque son prochain rôle devant une tasse de thé, elle s'impose d'emblée. Présence, autorité, charisme... Comment définir cette qualité intrinsèque qui fait toute la différence d'un comédien à un autre ? Élève de Pierre Debauche et Antoine Vitez au Conservatoire, elle en sort heureuse et comblée en 1977. Depuis, elle foule les plus grandes scènes de théâtre, une série télé par-ci, le cinéma par-là, une mise en scène Les Vents du tombeau d'après Victor Hugo, des cours d'art dramatique dispensés depuis 2001 à l'École du Studio d'Asnières. Mais pour l'heure, Yveline Hamon se prépare à interpréter un rôle difficile dans une pièce inédite qui ne l'est pas moins. En France, nous connaissons surtout son auteur, le célèbre Britannique Arnold Wesker grâce à La Cuisine. Inédite, Souvenirs fantômes, mise en scène par Jacques Rosner, traite de méthodes psychothérapeutiques contestables apparues aux États-Unis dans les années 80, visant à rechercher des souvenirs refoulés de prétendus abus sexuels subis par les patients dans leur petite enfance (le père est en général incriminé avec complicité passive ou non de la mère).

"L'acteur est un mélange
d'ego et d'humilité"

Ce sujet délicat se révèle être d'actualité alors que l'on parle beaucoup d'un statut réglementant enfin la profession. "J'interprète la psychothérapeute qui pratique la méthode des faux souvenirs, remise en question aujourd'hui. Un rôle superbe !" Ce n'est certes pas une joyeuse pantalonnade que l'on ira voir, mais n'est-ce pas aussi le rôle du théâtre que de donner à réfléchir ? Que de donner à voir, à écouter ? Que de troubler le ronronnement du chat qui sommeille en nous ? "Mais vous verrez, c'est une très, très belle pièce qui soulève de nombreuses interrogations : la jeune femme a-t-elle été manipulée, est-ce vrai ou faux ? Qui peut en juger ? Quel parti prendre ? Ces "manipulations" thérapeutiques sont-elles d'ordre sectaire ? Et si tout ça résultait des excès des mouvements féministes des années 70, particulièrement violents aux États-Unis ? C'est absolument passionnant !" Et la comédienne de tenter le parallèle entre son art et le rôle du psychothérapeute. Comment le comédien agit-il sur les spectateurs ? La capacité de convaincre, d'émouvoir, d'interférer sur le cœur ou l'esprit d'autrui... Quelle est cette alchimie mystérieuse ? Volubile, elle parlerait des heures et ce serait un plaisir de l'écouter... "Voilà ! La liaison entre le théâtre et la psychanalyse, c'est l'écoute. Un comédien ne peut être sincère s'il n'a pas cette écoute de l'autre, des partenaires, du public avec lequel il a rendez-vous un soir dans un lieu fermé... Être acteur c'est chercher la liberté, c'est un privilège énorme, une réflexion sur le monde, les hommes, la vie."
Portrait par Jeanne Hoffstetter
Paru le 15/03/2004

-
Haut