Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Notre éthique Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Cynthia Frebour


Thibault de Montalembert
joue "En garde à vue" au théâtre Hébertot
C'est dans la peau du notaire Martinaud, rôle magistralement interprété au cinéma par Michel Serrault, qu'il aborde cette nouvelle et passionnante aventure théâtrale. Portrait d'un comédien éclectique, depuis toujours en quête de sens.
Thibault de Montalembert... Il y a dans ce nom là le reflet d'une certaine élégance, d'un charme discret propre à la véritable noblesse et qui sied bien à celui qui le porte. Mais il est, pour les personnes plus habituées aux séries télévisuelles qu'aux salles de théâtre, Mathias Barneville l'agent artistique de "Dix pour cent", rôle qui lui vaut subitement la célébrité. C'est étrange tout de même la vie de comédien...

Lui qui fut formé chez François Florent, et Patrice Chéreau à l'École des Amandiers de Nanterre, « C'était passionnant mais on était pris dans une tourmente si intense que j'ai éprouvé le besoin d'y mettre un terme au bout de quatre ans. »

Lui qui, pensionnaire de la Comédie Française la quittera également. Que cherche-t-il à toujours s'en aller ? « J'étais incapable de rester enfermé dans une famille, et, pour ne pas étouffer, je finissais toujours par m'en extraire. Depuis, j'ai travaillé sur moi et j'ai évolué, car rechercher la liberté est une bonne chose, mais ne pas arriver à finaliser c'est embêtant ! »

Et le voici libre d'exercer son métier à sa guise. A sa guise veut dire le cinéma et la télévision, le théâtre et le plaisir de se faire le narrateur de livres audio, ou celui de doubler régulièrement Hugh Grant et Ruppert Everett pour ne citer qu'eux.

"La quête du sens m'a toujours habité"

Cela veut dire encore, la notoriété venue, vaincre une certaine timidité pour dicter à sa plume "Et le verbe se fait chair"* que personnellement j'ai beaucoup aimé, et que l'on ne saurait résumer en quelques lignes sans le trahir. Une déclaration d'amour à la littérature quelle qu'elle soit, un livre où l'intime s'apprivoise au fil des souvenirs et d'une quête spirituelle permanente. « La quête du sens m'a toujours habité. Tout jeune, je l'ai recherchée à travers la religion, la nature, puis dans les livres et des expériences diverses. Aujourd'hui, elle s'exprime à travers mon travail et différentes recherches. J'espère que les années qui viennent me permettront de revenir à un théâtre qui me ressemble, de me colleter aux grands rôles et aux grands textes de Victor Hugo par exemple, que j'avais joué au Français et dont la langue est comme celle d'Alexandre Dumas, magnifique ! » Mais en attendant, « Penser à Serrault dans ce chef-d'œuvre de la littérature policière me file un peu le trac ! »

Très sollicité, il tourne "Miss" de Ruben Alves alors que vont commencer les répétitions de «En garde à vue » et le tournage de la quatrième saison de "Dix pour cent". Puis ce sera au Rond-Point, la pièce de Charif Ghattas "Dépendances", créée l'an passé au Studio Hébertot. Et, pour conclure dans un sourire, «Avec Hélène Babu, mon épouse, nous avons créé à La scène Thélème, restaurant étoilé de la rue de Troyon, "De l'art d'être gourmand(e)", un spectacle de lectures jouées, monté à partir de textes d'Alexandre Dumas, Brillat Savarin et Grimod de La Reynière. C'est drôle et léger, le but étant de faire la tournée des grands ducs de France et de Navarre quand et où nous le pourrons ! »

* Et le verbe se fait chair : octobre 2018 Éditions de l'Observatoire.
Portrait par Jeanne Hoffstetter
Paru le 25/09/2019

-
EN GARDE À VUE   (11 notes)
THÉÂTRE HÉBERTOT
Jusqu'au dimanche 17 novembre

COMÉDIE DRAMATIQUE. Pendant le réveillon de Noël, Monsieur  Bergerot (Thibault de Montalembert), maire d’une petite ville, est convoqué au commissariat pour être entendu dans des affaires de viols et de meurtres de trois jeunes filles. D’abord simple témoin, il devient le principal suspect aux yeux du commissaire Tou...


Haut