Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Notre éthique Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Coline Serreau
Parle du monde et de son univers
Avant que l'on puisse découvrir sur scène le spectacle interactif qu'elle nous mitonne dans le but d'échanger, de partager, de surprendre et de s'amuser ensemble, sort chez Acte Sud le 2 octobre, #COLINESERREAU, texte illustré de documents iconographiques inédits de l'auteure.
Alors qu'elle a été élue l'an passé à l'Académie des Beaux-Arts, qu'en Allemagne la reprise de sa pièce "Lapin-lapin" (2014) fait à nouveau salle comble et qu'elle vend sans compter au Japon photos, toiles, et photos-peintures retravaillées sur ordinateur, dont je témoigne de la puissance et de la beauté. Alors que son film en forme de conte philosophique, "La Belle verte" (1996) est traduit en 15 langues, que "Solutions locales pour désordre globa"l tourné en 2010 est encore plébiscité dans le monde entier. Alors qu'elle crée en 2003 et dirige toujours La chorale du Delta, qu'elle met en scène des opéras, qu'elle se bat à sa manière et depuis longtemps pour l'avenir de notre planète et pour la cause des femmes...

Que savons-nous de Coline Serreau, hormis ses plus gros succès cinématographiques ? Peu de choses. « C'est vrai, je ne comprends pas mais ça n'est pas grave, on aime bien, en France, mettre dans des cases et je suis réduite au cinéma et au théâtre. J'ai pourtant commencé par la musique et la photo, j'ai eu mon premier Nikon à treize ans ! Mais ça n'est pas mon truc de me mettre en avant, de faire du lobbying, je m'en moque un peu, je suis déjà bien assez bénie des Dieux ! Ce qui compte pour moi, c'est de me lever le matin et de créer. »

Rentrée la veille au soir du Japon, elle dévore avec appétit un sympathique petit déjeuner tout en conversant, enthousiaste et joyeuse. S'invitent à notre table, une femme exceptionnelle, George Sand et son magnifique Consuelo, et puis Balzac et son acuité d'analyse au point qu'il en serait presque devenu marxiste, lui le royaliste. Rembrandt, le guide de toujours, Bach, Mozart et puis Schubert... Ah Schubert, l'indispensable Schubert ! « Tous ces compositeurs qui ont marqué l'histoire, dans des vies lilliputiennes, pourtant... »

"Si le monde artistique, philosophique, social ou politique vous intéresse, venez parce qu'on va s'amuser !"

Et l'on parle, et l'on parle. Le spectacle qui s'annonce est alléchant, un vrai défi, des obstacles peuvent surgirent que l'on n'attendait pas, ce sont les risques du métier qu'elle affronte avec énergie et bonne humeur. « Je serai accompagnée d'un corpus de photos, de textes, de vidéos car je suis aussi une geek, je ne suis pas old fashion, dit-elle en riant. Les spectateurs choisiront parmi les thèmes qui accompagnent mon existence : politique, écologie, les femmes, le patriarcat, la philosophie, la peinture, la poésie, la musique ou la littérature. Mais ce ne sera pas un discours d'historien ! Plutôt une parole en liberté... Il y aura de la musique et des invités surprise, chaque soir sera différent. Je suis sans arrêt en recherche et aujourd'hui j'ai envie de partager cette recherche, de découvrir les questions que les gens se posent, d'échanger avec eux et de leur dire : si le monde artistique, philosophique, social ou politique vous intéresse, venez parce qu'on va s'amuser ! »
Portrait par Jeanne Hoffstetter
Paru le 30/10/2019

-
Haut