Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Notre éthique Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Bronx
Théâtre Montparnasse
Nous ramenant dans le Bronx des années 60, Chazz Palminteri retrace le cheminement d'un gamin tiraillé entre le monde de la mafia et sa famille, à travers un récit riche en rebondissements que Francis Huster nous fait vivre au Poche Montparnasse avec une remarquable intensité.
La pièce autobiographique écrite par Chazz Palminteri est un petit bijou auquel personne n'a résisté, surtout pas Robert de Niro qui l'adapte au cinéma. En 1993, son "Il était une fois le Bronx" contribue à populariser l'histoire de Cologio, un jeune garçon témoin d'un meurtre mais refusant d'en dénoncer l'auteur, qu'il connait et qui le fascine. Sunny, le maffieux responsable du crime, chef de bande particulièrement puissant, prend alors le gamin sous son aile, le traite comme un fils, au grand dam de son père, chauffeur de bus italien, très à cheval sur les principes, ayant toujours refusé de se compromettre avec ses compatriotes vivant dans la facilité et la délinquance. Cologio sera alors partagé entre ces deux hommes jusqu'à ce que le destin vienne régler cet étrange conflit de paternité.

Les deux éléments constitutifs d'un inoubliable moment de théâtre sont ici réunis. D'une part, un texte brillant, imagé, plein d'humour, décrivant parfaitement le milieu des malfrats italiens, insistant sur le personnage principal, le truculent Sunny, capo di tutti capi. L'argent qui coule à flot, le respect et surtout la crainte qu'il inspire ne peuvent qu'éblouir son protégé, issu d'un milieu où l'argent manque cruellement. Au contact de ce père adoptif, il apprend que les ouvriers, comme son paternel, acceptant de tirer le diable par la queue, sont des tocards. Comme par enchantement, tout ce qui était compliqué devient d'une facilité déconcertante grâce à la protection soudaine dont il bénéficie. L'entourage du caïd, servile à souhait, à la fois sauvage pour la concurrence et fraternel avec les affidés, fait partie de son nouveau monde. Pour incarner ces personnages, il fallait, d'autre part, un acteur hors pair, capable de jongler avec les différents rôles, en donnant vie à ces figures diverses et hautes en couleurs, pouvant passer très vite du rire aux armes! Francis Huster, avec cette facilité qui caractérise les très grands, campe magistralement les acteurs du drame, tout en recréant l'ambiance toujours tendue et atypique d'une banlieue gangrénée par la pègre où règne le droit du plus fort. Un geste, une pose, une intonation et il nous offre sur la petite scène intimiste du Poche Montparnasse toute la richesse du texte adapté par Alexia Perimony, mis en scène par Steve Suissa qui sait parfaitement illustrer ce récit par de délicates touches sonores ou lumineuses. Francis Huster porte son art à des niveaux insoupçonnés et nous plonge, avec une infinie délicatesse, dans ce monde de brutes d'où nous ressortons submergés de sensations et d'émotions.
Zoom par Philippe Escalier
Paru le 06/06/2019

-
Haut