Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Camille Chamoux
© Guillaume Malheiro


Retours
Camille Chamoux & Dimitri Doré
Frédéric Bélier-Garcia met en scène deux pièces du Norvégien Fredrik Brattberg, « Retours » et « Le Père de l'enfant de la mère », avec Jean-Charles Clichet, Camille Chamoux et Dimitri Doré. Le premier texte se révèle un pastiche du « Fils » de son compatriote Jon Fosse tandis que le second montre comment un enfant peut devenir un terrain de lutte au sein d'un couple.
Camille Chamoux est la mère

Comédienne de théâtre et de cinéma, metteur en scène et réalisatrice, chroniqueuse radio et télé, Camille Chamoux fut récemment à l'affiche de "Justice" au Théâtre de l'Œuvre après que son spectacle solo, "L'Esprit de contradiction", eut rencontré un franc succès à La Porte-Saint-Martin. « "Retours" débute comme une pièce nordique extrêmement austère avec un homme qui attend le retour de son fils à sa fenêtre et une femme qui tricote, assise sur un canapé. On se demande où cette atmosphère mystérieuse et languissante va nous conduire quand on comprend que nous assistons à un pastiche de pièce ennuyeuse ! Fredrik Brattberg nous conduit même au-delà du pastiche en parlant de manière loufoque de la famille nucléaire contemporaine. L'originalité et la cocasserie des échanges permettent de faire passer l'humour le plus noir. C'est un huis clos en appartement. L'extérieur est symbolisé par un chien et des voisins oppressants qu'on ne voit jamais. La pièce montre la transformation des relations parents-enfants opérée par le monde moderne, à contre-courant de la vision traditionnelle de la famille unie par un amour inconditionnel. »

Dimitri Doré est le fils

Repéré par Jonathan Capdevielle pour son physique lui permettant de jouer de très jeunes garçons, Dimitri Doré campa dans "À nous deux maintenant" le rôle d'un enfant de chœur fasciné par un prêtre... qui était en réalité un meurtrier et une femme ! Il poursuit, avec "Retours", son « travail sur la mémoire et l'enfance ».
« Cette pièce fait surgir beaucoup de thématiques sur la famille, le quotidien, l'ennui, le couple, le retour à la maison. Comment vit-on le départ d'un enfant ? Comment conjuguer vie de couple et vie de famille ? Dans ce décor assez froid où le temps passe, Gustave grandit au fur et à mesure des scènes. Nous le découvrons en classe de neige, à la fin du primaire. On le retrouve à l'âge ingrat, puis à 20 ans où il commence à partir de chez lui. Se posent alors les questions de l'attente des parents, du retour en arrière, des retrouvailles. D'une certaine manière, ce texte symbolise l'autonomisation d'un enfant qui ne voit plus "papa" et "maman", mais des personnes avec leurs failles, leurs défauts. Ils forment désormais deux camps qui ne se comprennent plus, ne s'entendent plus et mènent deux vies parallèles. »

Dimitri Doré s'apprête à retrouver Jonathan Capdevielle pour "Rémi sans famille", en tournée dans toute la France. Il sera également le personnage principal d'un long métrage de Vincent Le Port, Bruno Reidal, un jeune homme de 17 ans qui vivait dans le Cantal au début du XXe siècle et sujet à des pulsions meurtrières.
Dossier par Alain Bugnard
Paru le 08/06/2019

-
RETOURS / LE PÈRE DE L'ENFANT DE LA MÈRE   (9 notes)
THÉÂTRE DU ROND-POINT
Jusqu'au dimanche 30 juin

C. DRAMA. Au nord de l’Europe, une avalanche balaie la montagne, les sapins et un jeune Norvégien. Gustav a disparu. On prie, on l’espère, on l’attend, puis on ne l’attend plus. Le père et la mère survivent comme ils peuvent à leur drôle de deuil. Mais Gustav revient. Puis il meurt à nouveau, et revient enc...


Haut