Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Notre éthique Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Marie-Christine Letort
© Bruno Perroud


Avignon 2019 - Providence
de Neil LaBute, mise en scène de Pierre Laville, avec Xavier Gallais et Marie-Christine Letort.
11 septembre 2001 : à l'heure où les tours jumelles du World Trade Center s'effondrent, Ben y avait rendez-vous, mais il a autre chose en tête et se rend non loin de là, chez sa maîtresse. Sauvé par l'adultère ! Ce qui ne l'empêche pas de laisser son téléphone sonner sachant pourtant que sa famille le recherche désespérément. Quel motif justifie cette attitude ? La suite appartient à l'univers de Neil LaButte, souvent noir, violent et bordé d'un humour tranchant dans le vif. Xavier Gallais reprend le rôle qu'il avait interprété en 2003 et pour lequel on l'avait encensé. La pièce s'appelait alors "Septembre Blanc". Marie-Christine Letort l'aborde pour la première fois. « J'ai été enthousiasmée à l'idée de raconter cette histoire au théâtre ! J'aime l'écriture brutale, incisive, de Neil LaBute. Le projet de Ben est de profiter de cette catastrophe pour changer d'identité et organiser une nouvelle vie avec sa maîtresse. Mais c'est une folie ! Si l'on peut penser à "Qui a peur de Virginia Woolf", le nerf de la guerre ici est bien cette folie du projet de Ben. La tragédie dehors et le désastre intime qui se noue à l'intérieur, organisent cette histoire. Les personnages sont complexes, opaques, parfois monstrueux, mais ils sont aussi terriblement humains. Pour les acteurs, ce sont des partitions qui obligent à aller chercher loin à deux, dans une entente totale avec son partenaire, et c'est une joie. Pour finir, je crois profondément qu'au-delà de la cruauté, ces personnages sont infiniment touchants et désarmants.»
Au Théâtre des Gémeaux à 13H45.
Dossier par Jeanne Hoffstetter
Paru le 01/07/2019

-
Haut