Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Philippe Torreton
au Théâtre du Rond-Point
Il y joue « J'ai pris mon père sur les épaules » une pièce contemporaine de Fabrice Melquiot mise en scène par Arnaud Meunier.
« C'est d'une beauté ! Mais d'une beauté ! Ça m'a pris l'âme et le ventre, jamais on ne m'a proposé quelque chose comme ça. C'est un grand poème lyrique qui nous parle d'êtres humains et d'une belle relation père-fils. On est dans ce petit monde perdu qui se débrouille au cœur d'une société violente et méprisante pour les plus humbles. J'aime ces personnages qui ont tous leur mot à dire, leur vitalité, leur moment de beauté, et une dimension humaine magnifique. » L'histoire se déroule à l'aube des attentats du Bataclan. Un jeune homme apprend qu'un cancer du genou est en train d'emporter son père, « Cancer du genou, ça sonne con. » dit ce dernier.

Du début à la fin chacun des protagonistes déambulera l'humour en bandoulière au cœur d'une société qui n'a pas grand-chose à faire d'eux. La langue pour être actuelle n'en est pas moins très belle. «Oh oui ! Le nombre de phrases qu'on a envie de noter pour s'en souvenir à jamais ! C'est un très grand texte et j'espère que l'on sera à la hauteur de ce rendez-vous !» Sur scène, pour nous entraîner dans cette itinérance inspirée de "L'Énéide" de Virgile, une belle distribution mêlant les générations entoure Philippe Torreton et Rachida Brakni.

Poursuivre un rêve peut devenir une obsession, c'est usant et ça fait vieillir avant l'heure...


Durant près de dix ans, le jeune Philippe Torreton endosse des rôles de plus en plus importants à la Comédie Française avant qu'il estime le moment venu de quitter la maison. « Mais on continuait à m'assigner des rôles classiques alors que mon envie est plurielle et que je l'ai toujours clamé ! Je n'aurais jamais imaginé qu'un jour Claire Devers puisse m'appeler pour Bluebird ! »

Sa joie, face à cette nouvelle incursion dans le théâtre d'aujourd'hui est flagrante et pour l'avoir souvent vu sur scène on a envie de savoir : Incarner ? Jouer ? Interpréter ? Rêver, désirer... Qu'est-ce que le comédien ? Qu'est-ce que le théâtre ? « L'idée de l'incarnation est un gros mensonge, je le maintiens. Il n'y a que le désordre psychique qui puisse conduire à ça. Le comédien est un être normal qui monte sur scène pour dire les mots d'un autre. Son investissement et l'illusion du théâtre font croire aux spectateurs qu'ils sont en face de quelqu'un. Mais en rendant compte d'une action, le comédien reste lui-même. Conscient. Faute de quoi, il serait impossible de jouer ensemble. Pour moi, poursuivre un rêve peut devenir une obsession, c'est usant et ça fait vieillir avant l'heure... C'est tellement plus satisfaisant pour un esprit curieux de répondre présent à l'inattendu ! Je ne vis pas comme un aventurier, mais ma vie est faite de rebondissements et d'indépendance. Je me dis, goûtons les choses quand elles arrivent. Mais là, je sens le trac venir, un trac d'écolier le jour de la rentrée des classes !»

Comédien mais aussi écrivain. Dans son nouvel ouvrage "Jacques à la guerre", paru en octobre, il imagine son père racontant son enfance, sa famille et sa guerre, sautant de bref chapitre en bref chapitre comme on joue à saute moutons. Un beau roman qui lui ressemble, vivant, réaliste et nourri de tendresse.
Portrait par Jeanne Hoffstetter
Paru le 18/02/2019

-
Haut