Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Raphaëline Goupilleau
« Merci la vie, merci les auteurs, sans eux on n’est rien »
Le rire et la voix de cette formidable comédienne, « moliérisée » pour « Une souris verte » en 2008, sont reconnaissables entre mille, au théâtre comme à l'écran. Les voici, au Rive Gauche, dans « Deux mensonges & une vérité » de Sébastien Blanc et Nicolas Poiret.
Pour Raphaëline, l'obtention d'un rôle, c'est « cadeau, plaisir et peur mêlés ». Elle poursuit avec enthousiasme : « J'adore qu'on me choisisse. Marcher sur les pas de grands comédiens dans un classique ou créer un personnage dans une pièce contemporaine, c'est passionnant. J'ai aimé toutes mes aventures théâtrales et chacun de mes partenaires. On s'écoute, on se regarde, on se respecte. On livre des choses personnelles sans les dire. Pourtant, jouer ne signifie pas s'amuser, moi, je travaille ! ».

Dans cette nouvelle aventure, elle retrouve les auteurs de « Même pas vrai ». « J'aime leur univers, leur écriture, leur humour et leur façon de voir le couple, si rassurante » et fait de nouvelles rencontres : partenaires (Lionel Astier, Fredéric Bouraly, Philippe Maymat...), metteur en scène (Jean-Luc Moreau), et personnages « au théâtre on change de vie chaque fois. Là, j'ai un mari, une fille, un ancien amant. Le soir de notre 27ème anniversaire de mariage, s'engage avec mon mari qui croit tout savoir de moi, une sorte de jeu de la vérité. Je lui énonce deux mensonges et une vérité sur moi qui lui feront vivre l'enfer ». Et Raphaëline de conclure : « Merci la vie, merci les auteurs, sans eux on n'est rien ».
Portrait par Caroline Fabre
Paru le 24/01/2018

-
Haut