Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Catherine Arditi
joue “Ensemble” au Petit Montparnasse
Accompagnée du beau succès rencontré en province, la pièce arrive à Paris. Catherine Arditi s'en réjouit d'autant plus qu'entre théâtre et cinéma elle multiplie ses activités.
« Il est vrai que je travaille beaucoup en ce moment et que j'en suis heureuse ! je viens de tourner avec mon frère le dernier épisode de la série "Le sang de la vigne", et je vais être à l'affiche de "Carbone" le prochain film d'Olivier Marchal.» Catherine Arditi s'attarde avec enthousiasme sur l'homme et l'artiste Fabio Marra, ainsi que sur sa petite troupe. "Ensemble" est la huitième pièce de ce jeune auteur Italien dont la source d'inspiration tourne autour de sujets graves. Dans le cas présent il se fait également interprète et metteur en scène. La pièce nous parle de l'amour filial et du handicap par le biais de la relation très étroite qu'entretiennent une mère et son fils handicapé mental confrontés au retour inattendu de la fille sur le point de se marier.

Fabio Marra traite le sujet en nous faisant passer du rire aux larmes en très peu de temps


Pour quelle raison ce coup de cœur et de quelle manière ce sujet est-il abordé ? « La pièce est non seulement très bien écrite, mais elle met en scène des personnages puissants. Le couple que forme Isabella et son fils âgé de trente-six ans est totalement fusionnel et ça m'a immédiatement donné envie de m'impliquer, de défendre ce projet. Isabella est une Mère courage moderne, c'est un rôle fort, comme je les aime. A côté de ce couple, le retour de la fille venue annoncer son mariage après dix ans d'absence, va générer des conflits et mettre à jour un secret. Mais je ne veux pas en dévoiler davantage ! Plutôt que du handicap, je dirais que la pièce traite de la différence et pose la question de la normalité, du vivre ensemble, le titre est explicite pour ça. Fabio Marra traite le sujet en nous faisant passer du rire aux larmes en très peu de temps, ce qui est très italien et se traduit aussi dans la manière magnifique dont il joue. Il est tellement vrai que le public croit qu'il est réellement handicapé ! Il faut dire qu'il vient de la Comedia Del Arte, et que son grand maître demeure Edouardo de Philippo. »

Tout est dit ! Le public Parisien devrait alors sans difficulté emboiter le pas à celui de la province qui a fait de ce spectacle un vrai succès. « C'était intéressant de voir que deux camps se formaient, celui qui était du côté d'Isabella et celui qui allait vers Sandra, la fille. Seul Mikele faisait l'unanimité pour lui ! Je voudrais aussi mentionner le personnage d'une éducatrice spécialisée qui a notamment une scène d'embauche particulièrement drôle ! Mais vous savez, notre plus belle récompense, ça a l'air idiot de dire ça, c'était de voir tous les soirs des gens bouleversés. On peut applaudir ou pas, se mettre debout pour rien, rire pour ci ou ça, ou par contagion, mais avec les larmes on ne truque pas. Lorsque qu'ils viennent nous voir pour nous dire que leur regard va changer sur la différence, le "vivre ensemble". A l'heure où les gens ne communiquent plus entre eux qu'avec leurs appareils numériques, si cette pièce réussit à les rapprocher les uns des autres, alors nous avons gagné. »
Portrait par Jeanne Hoffstetter
Paru le 30/01/2017

-
Haut