Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Nicolas Vaude
© Bruno Perroud


Pour un oui ou pour un non
au Théâtre de Poche Montparnasse
Dans le respect des trois unités, lieu, temps, action, la scène met face à face deux amis de longue date tentant de comprendre après plusieurs mois de silence, ce qui leur est arrivé. En cause, une phrase anodine prononcée d'une certaine manière par l'un d'eux, à l'adresse de l'autre...
L'auteur
Nathalie Sarraute s'est attelée sa vie durant à explorer l'inexprimable du langage et l'interprétation qu'il peut entraîner. Sur ce thème, "Pour un oui ou pour un non", est assurément un morceau de choix pour atteindre le public et passionner les acteurs.

Les acteurs
Amis depuis leur arrivée dans le même cours de théâtre, « Il y a... Un certain temps ! », ils ont plusieurs fois joué ensemble, Nicolas Briançon a aussi mis en scène Nicolas Vaude dans "Pygmalion" et "Le Menteur". Ils sont aujourd'hui dirigés par Léonie Simaga qui avait monté la pièce à la Comédie Française en 2008. Un face-à face théâtral qui manquait à leur expérience d'acteurs.

Nicolas Briançon est H1
"Ça fait un moment que l'on avait envie de se retrouver sur scène et c'est la pièce idéale. Par contre, de même qu'il y a des rôles que je ne jouerai jamais, en tant que metteur en scène je ne me serais pas senti libre dans ce texte pour le monter. Alors je l'ai proposé à Léonie avec laquelle j'ai déjà travaillé et dont j'admire l'intelligence fulgurante, la liberté avec laquelle elle s'empare des textes, ce qui est pour moi le meilleur moyen de les servir. L'argument de la pièce est le ton qu'aurait employé H1 pour dire à H2 au cœur d'une conversation "C'est bien... ça." Petite phrase anodine qui éclaire subitement le monde d'incompréhension qui règne, au fond, entre eux. Ce texte passionnant peut être très drôle et offre une possibilité de jeu immense aux acteurs qui doivent absolument en respecter la musique. Compte tenu de ce qui nous lie Nicolas et moi nous pouvons l'habiter, car l'amitié comme l'amour connaît des phases de fusion, de rejet, d'agacement et de fascination. Voilà, outre le plaisir ludique et nouveau de se retrouver les yeux dans les yeux sur un plateau, je pense que l'on peut être légitimes dans cette histoire-là !"

Nicolas Vaude est H2
"Je me souviens que, dès le cours, Nicolas était pour moi un modèle d'éloquence, d'aisance et de dons divers. En même temps c'est très déstabilisant d'admirer quelqu'un... Pour en venir à la pièce de Sarraute, qui nécessite d'aller puiser en soi des choses très profondes, c'est la première fois que l'on va vraiment jouer ensemble. C'est d'autant plus excitant que ce qu'on aura de moins à jouer, contrairement à tous les grands acteurs qui nous ont précédé, c'est l'amitié solide nourrie de sentiments contradictoires, puisqu'elle existe entre nous depuis longtemps. Pour un oui ou pour un non, qui peut aussi être vu comme les deux faces d'une même personne, demande de la part des acteurs un gros investissement au niveau de la forme et du respect de l'écriture, de sa ponctuation... c'est à la fois une pièce sur le trop dit, sur le non-dit, sur le silence qu'il nous faut habiter. Le risque étant de la jouer de façon trop solennelle car on passe à ce moment-là à côté du comique provoqué par le grossissement d'une chose infime, celle qui fait dire : Mais ils sont complètement fous ! "
Dossier par Jeanne Hoffstetter
Paru le 09/12/2016

-
Haut