Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Un nouveau départ
au théâtre des variétés
Lorsque Catherine, pour provoquer sa fille qui la traite d'égoïste, invite le soir de Noël le clochard qui a pris l'habitude de camper sur leur paillasson et qu'elle méprise, elle ne se doute pas de ce qui l'attend. La première comédie d'Antoine Rault est mise en scène par Christophe Lidon.
Corinne Touzet est Catherine,
«Je suis très fière que ce grand et beau théâtre nous ouvre ses portes si rapidement après le succès que nous avons rencontré à Avignon cet été. Pour moi Antoine Rault a écrit une comédie sociétale intelligente et moderne. Je veux dire que l'on rit de bon cœur, mais que l'on s'en va en se posant des questions, en se disant que cette histoire peut se trouver au pied de notre immeuble. Nous connaissons tous des femmes comme Catherine que leur mari a quitté, qui dirigent tout, qui ont réponse à tout, qui réussissent leur vie professionnelle à défaut de leur vie sentimentale, mais qui derrière cette façade, cachent leur fragilité. Cette femme que j'incarne vit dans un appartement cossu -vous verrez le décor de Catherine Bluwal est superbe !- avec sa fille adolescente. Si le soir de Noël elle invite brusquement le clochard qui a pris ses habitudes sur leur paillasson, ce n'est pas par bonté d'âme mais uniquement pour provoquer sa fille (Fanny Guillot) à la suite d'une dispute. Seulement voilà, cet homme sale et pas rasé venu de nulle part va lui faire prendre conscience de ses erreurs, de son orgueil démesuré. Et ce qui me fait rire, c'est qu'elle va encore ruer dans les brancards, et se fixer pour objectif de le remettre sur les rails. Mais quand il résiste, elle est désarçonnée. C'est un rôle très intéressant car il ne faut pas tomber dans le piège de la caricature d'un côté, et de l'autre il laisse apparaître des moments d'émotion quand on s'y attend le moins. On a tous hâte de s'installer aux Variétés !»

Christian Vadim est Michel le clochard
Pour la première fois depuis dix ans il met de côté « sa petite bande », Philippe Lellouche et ses pièces à succès. Ce n'est que provisoire précise t-il mais comment résister à la proposition que lui fait Corinne Touzet de partager cette belle affiche ? « Honnêtement au début j'ai eu peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas parvenir à faire oublier Christian Vadim derrière ce clochard, mais la direction très sûre de Christophe Lidon et les critiques à Avignon m'ont rassuré et j'aborde ce nouvel épisode avec quiétude, même si rien n'est jamais gagné d'avance. » Michel est un rôle magnifique, riche de sentiments contradictoires. Comment le saisir ? Que veut-il ? « Pour moi, c'est un type qui tombe immédiatement amoureux de Catherine, mais sait que c'est sans espoir. Un peu comme s'il voulait toucher Dieu. Il raconte sa vie par petites bribes, mais quand il sent qu'elle est à sa portée, qu'elle décide de prendre sa vie en main, il se rebelle. C'est ce que j'aime chez ce personnage. Je vois à travers cette pièce les films de Capra que j'adore, cet absolu positivisme, ce mélange de folie, de bonne humeur, de choses impossibles qui finissent par arriver. Cet optimisme qu'elle véhicule et dont on a tant besoin alors que le monde va si mal !»
Dossier par Jeanne Hoffstetter
Paru le 02/02/2016

-
Haut