Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Bernard Richebé


Thierry Frémont
joue «Hollywood…» au théâtre de la Michodière
Succès oblige... L'acteur reprend pour la troisième fois à Paris le rôle du célèbre scénariste Ben Hecht, qu'il avait créé en 2011 au théâtre Antoine.
Un acteur couvert d'éloges, anxieux et boulimique. Avec gentillesse et simplicité il parle de ce métier qu'il aime, raconte sa manière de l'exercer, évoque son besoin d'être rassuré «en ayant encore plus de projets. » Thierry Frémont a bien du charme et si son jardin secret n'affiche pas d'emblée « propriété privée », il ne viendrait pas à l'esprit d'en pousser la porte au-delà de ce qu'il vous donne à voir. Tant sur les écrans qu'au théâtre, les critiques saluent ses interprétations et s'il enchaîne les rôles c'est sans laisser prise à la médiocrité. Sans s'éloigner de ces personnages forts, ambigus, voire contestables, dont il tire toujours la quintessence. «Même chez le pire personnage je vais chercher la part d'humanité, j'essaie de trouver sans juger quel enfant a engendré un tel homme. Ce qui ne le rend pas moins horrible, ni méchant s'il l'est. Je cherche la part d'enfance avant de trouver le personnage puis j'assume ce qu'il est dans le présent. Pour limiter la marge d'erreur, je lis énormément, je me documente, je réfléchis. On perd des plumes en jouant de tels personnages, mais on en gagne beaucoup d'autres car il n'y a pas que le fait de jouer la comédie qui m'intéresse, il y a la découverte d'univers humains différents. Ce métier est formidable pour ça aussi, on s'enrichit en entretenant sa curiosité.»

Hollywood : Porter au théâtre l'histoire véridique, rocambolesque et inconcevable de nos jours, de l'écriture du scénario d'Autant en emporte le vent en 1939, telle fut l'idée géniale du dramaturge Américain Ron Hutchinson. Résultat : Une comédie drôle, intelligente, une soirée théâtrale à ne pas manquer, qu'il vaut mieux découvrir que raconter. « La pièce est pleine d'humour et parle magnifiquement de notre métier, de la création, des milieux du cinéma Hollywoodien de l'époque mais aussi de cette Amérique de 1939 en pré-guerre, raciste et antisémite. C'est un spectacle riche de propos, qui monte en puissance, très retenue anglaise au début, pour finir dans un burlesque absolu tant ces trois types sont ivres de fatigue. »

Acteur dans une comédie « Je n'en avais jamais joué, c'est pour ça que c'est si important pour moi. Et commencer avec une telle pièce, c'est formidable ! Pourquoi la comédie n'appartiendrait-elle qu'aux acteurs comiques ? C'est le cliché dans lequel on tombe trop souvent en France. Toutes les formes de spectacles m'intéressent et la seule chose qui me manque maintenant c'est un seul en scène. J'aimerais bien.» Pierre Cassignard et Emmanuel Patron sont ses nouveaux partenaires, « Mais je ne suis pas le seul survivant du casting original, il y a aussi Françoise Pinkwasser qui est sublime dans le rôle féminin. Il faut le dire ! Et puis nous jouons dans un très beau lieu, le décor semble fait spécialement pour ce théâtre !» Et si Thierry Frémont écrivait une pièce, quelle serait-elle ? « Justement j'ai une idée d'adaptation, je suis en train d'y penser, mais l'écriture ça prend du temps et je n'ai pas envie de passer à côté de ma petite fille de dix-sept mois... On verra !»
Portrait par Jeanne Hoffstetter
Paru le 23/03/2014

-
Haut