Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Pierre Santini
au Ciné 13-Théatre
En 2012 il quittait la direction du Mouffetard et décidait
de se consacrer à son métier d'acteur. Depuis, les rôles
se suivent et ne se ressemblent pas. Il joue dès janvier «Alinéa-Rose» d'Annick Perez.
L'œil volontiers rieur et la voix rugueuse, Pierre Santini sait donner vie à ses rêves. Ainsi, en 2009, ce récital dédié à Paolo Conte « son chanteur de chevet ». Mis en scène par Gérard Gelas, il offrit au public un festival de gaité, de tendresse, de poésie avec autant de talent qu'il en met à jouer la comédie. « Revenu à mon métier d'acteur, je veux le faire à travers ce qu'il a de passionnant à me proposer. L'acteur est roi sur scène. Quand le rideau s'ouvre, c'est lui qui, face au public, transmet la pensée, les mots de l'auteur. J'ai consacré dix-sept ans de ma vie à la direction de deux théâtres, j'ai bien rempli ma mission ! Place aux jeunes pour prendre les responsabilités, ça n'a pas de sens de vouloir s'accrocher au pouvoir.» ll l'aime tant ce métier que celui-ci le lui rend bien. Après avoir incarné Onassis dans La véritable histoire de Maria Callas, il joue Fratricide en tournée avec Jean-Pierre Kalfon, une pièce intense de Dominique Warluzel (avocat Genevois) dans laquelle deux frères aux destins diamétralement opposés se retrouvent autour du testament de leur père. «Jean-Pierre et moi sommes deux vieux copains du cours Charles Dullin au TNP de Jean Vilar, et on se régale!»

"Son théâtre a un charme fou, c'est le lieu idéal pour jouer cette pièce"

En attendant la reprise de la pièce à Paris, Pierre Santini se prépare à jouer Alinéa-Rose d'Annick Perez, mis en scène par Alfred Lot. «C'est un homme de bonne compagnie, et Sophie Rodrigues, ma partenaire, est adorable, alors je ferai tout mon possible pour être aussi adorable qu'eux deux réunis !» Heureux visiblement, il l'est doublement à l'idée de jouer au ciné 13, «Je suis très content de jouer chez Salomé Lelouch que j'aime énormément et qui a un instinct très sûr de la programmation. Son théâtre a un charme fou, c'est le lieu idéal pour cette pièce. » Sans déflorer totalement l'argument, de quoi s'agit-il ? «Une jeune femme d'une trentaine d'années veut emménager dans un appartement qu'elle vient d'acheter mais se trouve face à un monsieur d'un certain âge qui refuse de quitter les lieux. C'est une comédie psychologique, drôle et intéressante dans sa manière d'aborder la confrontation entre deux générations. Ni l'un ni l'autre n'entendent se laisser faire, la différence d'âge exclut une histoire d'amour, mais peu à peu une relation au charme indéfinissable va naître.» 2014 verra aussi la sortie au cinéma de Un homme d'état dans lequel le comédien incarne un vieux lion de la politique, centre gauche, «Mais toute référence à des personnages connus serait pure coïncidence !» précise-t-il en souriant. Politique toujours, «Je vais peut-être finir par incarner Clémenceau au théâtre, un personnage qui me poursuit depuis longtemps. Ça prend tournure ! J'ai aussi le projet d'une mise en scène à Avignon, et de monter Barbe bleue d'Amélie Nothomb dans une adaptation que j'ai fait faire. Mais là, je jouerai dans la pièce ! »
Portrait par Jeanne Hoffstetter
Paru le 22/01/2014

-
Haut