Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Claire Keim est Yvonne Printemps
au théâtre Rive gauche
Inspiré par les amours tapageuses et les succès artistiques du couple Guitry-Printemps durant les années folles, Eric-Emmanuel Schmitt écrit «The Guitrys», superbement mis en scène par Steve Suissa.
The Guitrys, comme on les appelait dans leurs tournées à l'étranger... Une malle aux trésors riche de ces deux personnalités d'exception réunies par la passion et l'esprit, dans laquelle a puisé Eric-Emmanuel Schmitt pour écrire une comédie romantique enthousiasmante, offrant à Claire Keim un rôle sur mesure dont elle s'empare avec le charme, l'énergie et le talent qui la caractérisent. Un rôle en forme de retrouvailles avec l'auteur dont elle avait joué, aux côtés de Bernard Giraudeau, Le libertin. « Oui, je suis très heureuse qu'il soit revenu vers moi, avec ce projet. Bien qu'ayant alors une connaissance plus que limitée du personnage j'ai dit oui, et il m'a répondu?: Bien, je pose ta photo sur mon bureau et je me mets à l'écriture. J'en ai été extrêmement touchée. » Claire chante et joue la comédie avec bonheur depuis qu'elle a quinze ans, mais ce rôle est certainement le plus beau et le plus lourd qu'elle ait interprété à ce jour. « Yvonne » dit-elle au cours de la conversation, comme s'il s'agissait maintenant d'une amie proche.

J'ai découvert non seulement sa dimension artistique, mais aussi l'incroyable vie qu'elle a menée

« Dès que j'ai eu la pièce entre les mains j'ai vécu avec elle jour et nuit. J'ai appris le texte au cordeau, je me suis plongée dans tous les ouvrages que j'ai pu trouver à son sujet. Je n'imaginais pas quelle artiste elle était ! Elle chantait, jouait la comédie, était pianiste et meneuse de revue, on a confié tous les rôles à Yvonne ! J'ai découvert, non seulement sa dimension artistique, mais aussi l'incroyable vie qu'elle a menée. Elle était amoureuse de l'amour et des hommes, elle était versatile et légère, avait un sens de la répartie fracassant, malgré le peu d'érudition et d'éducation qu'elle avait reçus. Elle m'a fascinée ! Maintenant je me sens une grande responsabilité parce que c'est la première fois qu'on l'interprète sur scène. Mais c'est formidable, ça me donne l'opportunité de montrer à quel point j'aime chanter et jouer la comédie. Au début je pensais jouer la progression, partir de la gamine des faubourgs et arriver à la grande dame, mais je me suis vite aperçu que la gamine ne l'a jamais quittée, et que la grande dame était déjà là sous la gamine. » La bonne surprise c'est aussi de retrouver Martin Lamotte dans un registre inaccoutumé. « Martin est un vrai bon camarade avec lequel je partage l'amour des grands espaces et des animaux. Je suis heureuse que les gens puissent le découvrir dans un registre si sensible, qui lui permet de montrer toutes les nuances de jeu dont il est capable. Et puis il y a Sylvain Katan qui apporte, dans le rôle du régisseur du théâtre où Guitry, poursuivi par les huissiers s'est réfugié, un regard très poétique. Les gens rient, sont émus, je le vois dans leurs yeux à la fin. » Les décors de Stéphanie Jarre et les costumes de Pascale Bourdet contribuent à la beauté de ce spectacle qu'il ne faut pas manquer. « Oui, c'est un peu comme un rêve tout ça ! »
Portrait par Jeanne Hoffstetter
Paru le 18/12/2013

-
Haut