Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

©Bruno Perroud


Le Ministre japonais du Commerce extérieur
Poussé par "le respect et l'admiration", qu'il voue à Gogol, avec "un peu de vérité et beaucoup de malice", Murray Schisgal s'inspire ici du "Revizor".
Tout commence, dans cette comédie satirique, par la visite supposée imminente du ministre japonais du Commerce extérieur à Duckpond, petite ville du New Jersey. Pour le reste, Schisgal se joue, sourire en coin, du vrai et du faux, de la personne et du personnage. Bartholomew Boutellis est l'un des dix acteurs impliqués dans l'histoire et, pour avoir joué il y a deux ans Les Dactylos du même auteur, également mis en scène par Stéphane Valensi, le jeune comédien dit son plaisir de retrouver l'un et l'autre. «J'ai rencontré Stéphane la première fois il y a trois ans à l'occasion d'un stage qu'il avait organisé sur Schisgal. Depuis, j'ai un plaisir fou à jouer ce genre de personnage!» Dans les années 1960, Laurent Terzieff révélait au public français cet auteur, dont l'œuvre est, pour Stéphane Valensi, une exploration au cœur de l'humain. Un drôle d'humain qui enthousiasme et amuse Bartholomew Boutellis. « Ce sont des personnages tout à la fois tragiques et comiques dont les traits donnent au premier abord l'impression d'être très exagérés, mais il suffit d'observer les gens autour de soi pour constater qu'ils ne le sont pas tant que ça! Dans cette pièce, chacun a une manière très précise et délirante d'atteindre son objectif: obtenir la part du gâteau qui l'intéresse. En fait, je n'ai pas l'impression de jouer! Pour moi, on est là entre Feydeau et Molière. Plus près de Feydeau, peut-être, mais avec des personnages plus touchants, plus pathétiques...»
Zoom par Jeanne Hoffstetter
Paru le 12/11/2012

-
Haut