Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Linda Hardy
D.R.


Ladies Night – The Full Monty
à L’Alhambra
Comment la menace du chômage va transformer une bande de copains en Chippendales... Molière du meilleur spectacle comique en 2001, la pièce d'Antony McCarten, Stephen Sinclair et Jacques Collard est aujourd'hui mise en scène par Thierry Lavat.
Linda Hardy est Glenda

"J'ai souvent été portée par une succession d'événements fortuits", dit en riant cette beauté faite femme qui souhaitait devenir pédiatre, mais est élue Miss France à 18 ans, devient mannequin puis comédienne. Télévision, cinéma et théâtre, son travail, sa personnalité sont appréciés. Aujourd'hui, heureuse maman d'un petit garçon, elle mène tambour battant ses deux vies et plonge avec enthousiasme dans le labeur acharné qu'exigent les répétitions de Ladies Night. "Mon personnage, ex-danseuse dont l'ambition de parvenir au plus haut niveau a été brisée par un accident, se laisse convaincre, face à l'envie folle qu'ils ont de s'en sortir et malgré le doute qui parfois les assaille, d'aider une bande de garçons en galère à monter un spectacle type Chippendales. Leurs blessures trouvent en moi un écho, et je vais mobiliser toute mon énergie à les convaincre que lorsque l'on y croit profondément, tout est possible. Ce que j'ai aimé dans cette pièce, c'est qu'au-delà de la comédie, il y a un vrai fond social et humain. Je prends un plaisir immense à travailler avec des partenaires talentueux qui chaque jour me surprennent un peu plus. Sans oublier Thierry Lavat, chef d'orchestre hors pair ! Cette pièce est un vrai bonheur, une très belle aventure humaine, sur scène et en dehors !!!" Ensuite ? Des projets déjà sur pied, et le grand désir de travailler avec Thierry Harcourt et Briançon dont elle aime et admire le travail.

Julien Tortora est Manu, le meneur de la bande

Plus habitué des caméras que des planches, il fait là ses débuts sur scène et, tout à sa joie, vous avoue : "Ça me fiche un trac d'enfer parce qu'une caméra et un plateau, ça n'a pas grand-chose à voir ! Heureusement que je suis entouré de partenaires formidables et expérimentés." Savoir gérer son corps sur un espace donné, travailler sa voix, apprendre à danser, se mettre à nu sur scène, digérer un texte... Autant de défis à relever. "Ça fait beaucoup pour une première fois ! Non ?" Un beaucoup qu'il dévore avec gourmandise et volonté de fer, à l'idée de donner autant de plaisir au public qu'ils en prennent eux-mêmes. "J'ai eu la chance de voir ce spectacle, qui avait eu plusieurs nominations aux Molière, il y a onze ans, et j'avais été scotché. Aujourd'hui, c'est moi Manu, celui de la bande qui traîne le plus de galères et est, du coup, le plus motivé. Lorsqu'il découvre que dans un bled voisin une troupe de Chippendales a fait un tabac, il décide de monter sa troupe à son tour, non seulement pour s'en sortir, mais pour laver l'image de branleur dont il se sent victime. Ce ne sera pas sans mal, mais ils gagneront !" Si l'on voit beaucoup ce séduisant comédien à la télévision ces temps-ci, "C'est un peu le hasard, dit-il, mais là, pour moi, c'est la vérité du théâtre, je voudrais déclencher des envies, exister dans l'œil des autres et pas seulement dans mes fantasmes !"
Dossier par Jeanne Hoffstetter
Paru le 19/07/2012

-
Haut