Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Philippe Maymat
© Bruno Perroud


“Du vent dans les branches de Sassafras”
Festival Obaldia au Ranelagh
"Du vent dans les branches de Sassafras"
Pour le Festival Obaldia du Ranelagh, Philippe Maymat retrouve avec joie son habit de cow-boy. Créée dans les années soixante par Michel Simon la pièce rencontre un immense succès, à la surprise de son auteur, lequel en imaginant cette famille Rockefeller retranchée dans ses murs sous l'assaut d'une bande d'Indiens, s'amuse avant tout avec les archétypes du western. Le succès ne se dément pas lorsqu'en 1999 Thomas Le Douarec décide de la monter, avant de la reprendre douze ans plus tard dans une mise en scène modifiée, l'enrichissant notamment de nouvelles chansons. "Je dirais, explique Philippe Maymat, que c'est comme une forteresse harcelée de toutes parts, à l'intérieur de laquelle les personnages vont peu à peu se révéler à eux-mêmes. Mais il faut préciser que depuis les années soixante les références au western ne sont plus les mêmes. Entre-temps nous avons connu le grand retour des Américains avec Kevin Costner ou Clint Eastwood, par exemple. Nous devons donc intégrer à cette parodie tout ce que le western nous a apporté depuis, car la pièce est aussi un hommage au cinéma. Carlos, mon personnage est une espèce de cow-boy spaghetti en cache-poussière, débarqué dans un western hollywoodien. Ce qui ne l'empêche pas de lancer de grandes phrases philosophiques tellement décalées que c'est drôle ! J'aime cette imagerie obaldienne pleine de couleurs, d'humour et de poésie. Et ce qui est aussi jubilatoire pour moi, c'est 'de me la raconter', d'incarner un personnage à la Clint Eastwood en étant tout à fait sincère ! Alors oui, je n'ai pas hésité une
seconde lorsqu'on m'a proposé cette reprise."
Zoom par Jeanne Hoffstetter
Paru le 10/09/2011

-
Haut