Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Tout est bien qui finit bien
Entre drame et comédie, "Tout est bien qui finit bien" "explore l'effervescence d'une langue qui joue avec les mots, joue des mots et se joue d'elle-même". Une langue que le metteur en scène, Pierre Beffeyte, fait résonner sur la scène du Théâtre 14.
Il s'agit de l'une des œuvres les plus hétéroclites de William Shakespeare, une comédie particulière rangée parmi les pièces "à problème" en raison de ses oscillations entre différents univers dramaturgiques. "Ce qui caractérise 'Tout est bien qui finit bien', fait remarquer Pierre Beffeyte, c'est avant tout la fantaisie. Shakespeare a imaginé des intrigues principales et secondaires qui fonctionnent en parallèle et se parodient les unes les autres. Il a créé des personnages débordant de mots, des bavards impénitents, aussi amphigouriques que dénués de sens." Des personnages qui composent une pièce au sein de laquelle le conte populaire le dispute à la comédie réaliste, la fable à la farce, la tradition romanesque finit aux portes du vaudeville. Manœuvres amoureuses, ambiances de cour sur fond de thématiques guerrières... Tout est bien qui finit bien peint un paysage lyrique et foisonnant de la comédie humaine. Un paysage que le metteur en scène situe dans la tradition humoristique britannique dont les Monty Python sont, entre autres, les héritiers.
Zoom par Manuel Piolat Soleymat
Paru le 15/04/2011

-
Haut