Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Bruno Perroud


Nicolas Briançon
Au moment de la nuit
À l'affiche de sa nouvelle création, qu'il partage avec la ravissante Anne Charrier, Nicolas Briançon revisite de manière contemporaine "La Nuit et le Moment" de Crébillon fils et "Le Pain de ménage" de Jules Renard, dont il s'attache ici à mettre en lumière l'exceptionnelle intemporalité.
Nicolas Briançon avait déjà monté en 2000 Le Pain de ménage, précédé du Plaisir de rompre. "Comme ce fut le cas pour 'Jacques et son maître' de Kundera, j'ai éprouvé le désir de revenir sur ce texte. J'ai choisi, cette fois, de le faire précéder de 'La Nuit et le Moment' de Crébillon fils. Il me semblait qu'il y avait davantage à tirer de ce roman que le marivaudage licencieux dont on habille traditionnellement les textes libertins du XVIIIe siècle : le libertinage n'est pas uniquement une manière de pratiquer le sexe, c'est avant tout une révolution de l'esprit dans sa manière de percevoir de l'humain." Deux textes intimement liés à travers les siècles, que Charles Tordjman avait déjà réunis sur scène en 1985. "Un homme et une femme se retrouvent dans une chambre, la nuit, après une fête : il la désire, la courtise de longue date, et cette intimité soudaine leur permet de se découvrir mieux encore. Nous assistons à tout un jeu de séduction... dont le meneur n'est pas nécessairement celui que l'on croit ! Puis ce sont presque les mêmes personnages que nous retrouvons dans 'Le Pain de ménage'. Que reste-t-il de cette sensualité à fleur de peau après des années de mariage et plusieurs enfants ? Ce récit d'une évolution des sentiments pourrait être celui de ma génération qui, après avoir vécu une révolution libertine, renoue finalement avec les valeurs de ses grands-parents. Les auteurs rappellent aussi judicieusement que ce sont les femmes qui, en canalisant le désir des hommes, leur permettent d'accoucher de leurs sentiments !"
Portrait par Alain Bugnard
Paru le 05/04/2011

-
Haut