Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Tony Franck


Rendez-vous (She Loves Me)
Rencontre lors des premières répétitions
"The Shop Around The Corner", "La Boutique au coin de la rue", "Rendez-vous (She Loves Me)", racontent, au cinéma comme au théâtre, l'histoire d'un couple qui "s'aime sans se voir et se déteste en se voyant", dixit Kad Merad... qui jouera, au Théâtre de Paris, cette "pièce musicale avec orchestre" auréolée de succès à Londres comme à Broadway.
Kad Merad
Kad, c'est, depuis que vous êtes célèbre, votre première participation théâtrale. N'est-ce pas un risque ?

Si, mais j'en prends souvent. Faire ce que je sais faire et parce que je suis à l'aise, c'est bien un moment, pas trop longtemps. Emprunter des chemins périlleux m'est vital, pour retrouver l'état de veille nécessaire à ne pas m'enfermer dans la facilité et à rester créatif.

Pourquoi avoir pris celui-ci ?

C'est l'une des plus belles histoires d'amour que je connaisse : se rendre compte que la personne qu'on aime est celle qu'on déteste, c'est tordu au possible, mais comme c'est fort ! Et la mise en scène de Jean-Luc Revol, classe, moderne et fun, m'a séduit. Enfin, c'est une comédie musicale avec des chansons intemporelles. Or Chantons sous la pluie est l'un de mes films cultes. Restait la question : est-ce que j'étais capable de jouer la comédie, chanter, danser - ou plutôt accompagner les chansons avec un peu de chorégraphie, ce qui n'est pas le plus facile pour moi !? (Rires) Et me voilà en George Novak !

Qui est-il ? Comment le porterez-vous ?

Bien dans la vie et dans son époque, il a les pieds sur terre mais vit une histoire d'amour incroyable qui peut le mettre dans un état second. Comme c'est un personnage plutôt entier, je serai très cash. Je ne peux m'empêcher de penser à James Stewart, un de mes acteurs préférés, qui l'a joué dans le film de Lubitsch. Mais je ferai comme d'habitude : devenir George chaque jour. En mettant son costume, en entrant dans le décor, le personnage agira en moi, il bougera et parlera à travers moi. Facile, car on se ressemble : ce n'est ni un méchant ni un benêt, c'est un homme un peu ordinaire qui vit quelque chose d'extraordinaire.

Malgré ce que vous vivez d'extraordinaire, vous avez intégré l'équipe de la pièce le plus simplement du monde. Vous n'avez donc pas "la grosse tête"...

Qui vous dit que je ne l'ai pas ? (Rires.) Je suis comédien et quand j'arrive dans une troupe, c'est avec l'esprit d'équipe. Je ne me force pas, cela vient de mon éducation et du rugby que j'ai longtemps pratiqué. Et puis, autour de moi, il n'y a que du talent : un metteur en scène ingénieux, un directeur musical, Thierry Boulanger, pianiste époustouflant et d'une incroyable disponibilité et des artistes qui savent tout faire, danser, chanter, jouer. Moi-même je vais y arriver, vous allez voir ! Et ensemble, on va envoyer un beau message : oui, l'amour peut triompher de tout !


Parmi ses interprètes, "Rendez-vous" compte Magali Bonfils et Alyssa Landry qui ont en commun la farouche détermination depuis toujours de devenir chanteuses et comédiennes et une solide formation.


Ce fut autant évident pour Magali, fille de musicien, que pour Alyssa qui joua sa première comédie musicale à 12 ans, au Drama Club de son école, à Boston. Elles ont commencé par faire des voix, dessins animés pour Magali, chœurs et pubs pour Alyssa. Puis vinrent, entre autres, "Chance", "Hair", "Les Fantastiks", "Non je ne danse pas" (Magali) et "Cats", "Les Misérables", "Les Années tubes", "La Vie parisienne" (Alyssa).

Elles intègrent Rendez-vous dès la première heure, mais ce projet mettra près de dix ans à voir le jour, jusqu'à l'arrivée de Kad. "Grâce à lui, le grand public découvrira le théâtre musical, méconnu en France", souligne Magali. Et "un partenaire en or qui a toujours une anecdote ou une blague à raconter", ajoute Alyssa.

Magali est Amalia :

"Ce rôle est un cadeau ! C'est une jeune première mais pas du tout lisse, romantique avec un sacré caractère, drôle et émouvante. Son histoire d'amour épistolaire, elle y va, elle y croit. C'est un rôle rare car nourri de multiples facettes. Il y a donc tout à jouer, ce dans la sincérité absolue. Et puis, musicalement, quel répertoire !"

Alyssa est Ilona :

"C'est à la fois une bombasse, une femme de tête et un cœur d'artichaut. Au début de la pièce, elle est amoureuse d'un nombriliste de la pire espèce, joué par Laurent Lafitte. Mais elle décide de ne plus jamais tomber amoureuse d'hommes qui ne lui conviennent pas... et part se cultiver à la bibliothèque... où elle trouve l'Amour !"

Le mot de la fin ?
Magali :
"Cette aventure prouve que les choses arrivent dans la vie pour peu que l'on y croie !"
Dossier par Caroline Fabre
Paru le 27/09/2010

-
Haut