Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Laurencine Lot


Jean Piat
“Vous avez dit quel âge ?”
Maudite vieillesse ! La prenant pour thème, Françoise Dorin s'appuie sur des aphorismes d'auteurs célèbres pour mitonner un texte drôle et revigorant dont Jean Piat se délecte sur scène.
L'œil goguenard et le sourire assorti, la belle allure toujours, les idées claires et la parole aisée... Jean Piat, tel qu'en lui-même. Et puisqu'il est ici question de "la vieillesse et de son sort", dites-moi, ce regard clair, ce sourire, qu'ont-ils à voir avec la vieillesse ? Il rit. "Ça, c'est mon côté ne jamais prendre les choses trop au sérieux. Quand j'étais gosse, dans le Nord, on me disait que j'avais un côté 'ficelle'" ! J'ai gardé cette vertu-là. Bien sûr, j'ai mes instants de gravité, mais je les garde pour moi, d'une part, et, d'autre part, je suis fait pour une certaine ironie." La véritable carrière de Jean Piat commence sans qu'il l'ait voulue, il y a plus de soixante ans. "Je suis le contraire d'un carriériste, tout m'est arrivé comme ça, les choses se sont faites naturellement. Ça a ses avantages, mais aussi ses inconvénients car on ne se bat pas. Vous savez, je crois que, quelque part, là-haut, le
regard de ma mère me protège toujours." Mis à la porte du Conservatoire pour indiscipline (il avait accepté de jouer dans un film), il entre sur audition à la Comédie-Française où il passe vingt-cinq ans, avant de se tourner vers "le Boulevard" en interprétant Le Tournant de Françoise Dorin. Habitués à voir leurs deux noms se rejoindre, ils se rient aujourd'hui des ans et de l'irréparable outrage qu'ils nous infligent. Quoique... Le temps qui passe semble prendre avec Jean Piat de bien jolis gants pour marquer son empreinte.

"Vieillir c'est emmerdant, mais quand on sait que c'est ça ou la mort, c'est quand même épatant"


"Oh vous savez, j'ai bien quelques petites 'difficultés' de temps en temps, mais lorsque l'on prend ça avec humour, l'angoisse se dissipe. 'Les grands problèmes n'ont pas de solution', disait de Gaulle, or c'est un grand problème sans solution que l'âge et le temps." À 86 ans, le voici à nouveau sur scène, impeccable ambassadeur d'un message optimiste. "Là, ce qui est intéressant c'est que je suis en général le plus âgé de toute la salle. Donc, en quelque sorte je rassure ! À la fin, les gens rigolent et nous en arrivons à conclure ensemble le spectacle." La mémoire ? "C'est l'intendance. 'Tout ce qui part du cœur s'inscrit dans la mémoire', disait Voltaire. Or, nous acteurs, mettons en place des sentiments. Lorsqu'ils sont clairement mis en place, la mémoire suit." Et Jean Piat de se réjouir d'avoir encore le privilège exceptionnel d'être sur scène. Entre le jeunisme ambiant et le "vieillisme" inéluctable habillé de Botox et de chirurgie esthétique, rions donc avec lui. "Vieillir c'est emmerdant, mais quand on sait que c'est le seul moyen de lutter contre la mort, on trouve ça épatant, non ? C'est un regard optimiste et gai sur quelque chose qui ne l'est pas. Un propos basé sur la bonne santé morale qui, souvent, préserve
la bonne santé physique !"
Portrait par Jeanne Hoffstetter
Paru le 13/04/2010

-
Haut