Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Bruno Perroud


Désiré
Joué pour la première fois en 1927 par l'auteur lui-même, et Yvonne Printemps, son épouse d'alors, "Désiré" est considéré comme l'un des chefs-d'œuvre de Sacha Guitry. Marianne Basler et Robin Renucci mis en scène par Serge Lipszyc savourent ce bijou théâtral.
Un ministre et sa maîtresse, actrice, un majordome grand style, des gens de maison, un homme d'affaires, l'amour, le désir, le vernis social, la politique, l'argent... En écrivant Désiré, Guitry sonde avec finesse et sensibilité un monde qu'il connaît bien et qui n'a pas pris une ride.

Marianne Basler
est Odette Cléry, la comédienne


Lumineuse et vivante elle est la parfaite incarnation de la femme rêvée par Guitry, un auteur dont elle découvre au-delà de ses mots d'esprit la richesse et l'humanité. "Yvonne Printemps a été la liaison la plus longue de Guitry. On sent qu'il connaît aussi bien les rapports sociaux que les rapports de couple. Mais au-delà de ça, il apporte une réflexion sur le nouveau statut de la femme qui, depuis la guerre de 14-18, a acquis un sentiment de liberté et de pouvoir. On voit aussi l'influence qu'avaient Freud et quelques autres à cette époque. Finalement, il y a une grande modernité dans tout ça. Guitry a vraiment fait de sa vie la matière de son œuvre. C'est très fort, très brillant !" Dans les années vingt, Sacha Guitry, cabotin génial, règne en maître sur le théâtre de boulevard remplissant à merveille son rôle : distraire un public avide de divertissements. Auteur prolifique, si la plupart de ses pièces sont aujourd'hui oubliées, celles qui demeurent connaissent toujours le même succès. Lelouch, Alain Resnais ou Truffaut, quant à eux, n'ont jamais caché ce qu'ils lui doivent. "Il est bien évident que cet homme-là s'est levé du pied droit toute sa vie", notait le cinéaste dont les dithyrambes reviennent ici et là dans ses écrits. Mais ne joue pas Guitry qui veut et, si l'exercice est périlleux, Marianne Basler est de taille à relever le défi. Odette ? Elle tourne autour avec une gourmandise évidente. "C'est une actrice qui a décidé de mettre sa carrière entre parenthèses pour vivre avec un ministre. Leur relation n'étant peut-être pas très satisfaisante, elle se met chaque nuit à rêver tout haut de Désiré, le majordome nouvellement engagé, qui de son côté fait la même chose. On imagine tout ce que peut entraîner la situation ! Le danger serait de ne s'attacher qu'à la drôlerie des situations et d'en faire quelque chose d'un peu vulgaire, ce qui n'est pas le cas. C'est pétillant et léger !"

Robin Renucci
est Désiré


S'entretenir avec lui c'est aussi prendre une vraie leçon de théâtre. Les personnages, le texte, la syntaxe, le ton... Un pur plaisir. S'il fonde en 1998 l'Association des rencontres internationales artistiques, c'est poussé par un sentiment de manque par rapport à d'autres époques où l'on savait réunir amateurs et professionnels dans l'amour partagé du théâtre. "Mais je n'ai rien inventé, je ne fais que continuer ce que faisaient Copeau, Dullin, Jouvet, Gaston Batty et tous ceux qui réfléchissaient à la question du théâtre populaire !" Comme sa partenaire, il s'installe dans l'univers de Guitry pour la première fois. "C'était un perfectionniste du mouvement de la pensée et de la phrase. Une interjection, un adjectif placé devant un nom signifient quelque chose dans le mouvement respiratoire. Il faut se glisser dans un souffle, dans un phrasé qui n'est pas celui d'une intonation. Contrairement à Labiche et Feydeau souvent explorés dans le champ amateur Guitry l'est rarement, car lorsque vous avez huit pages de texte à dire, c'est un peu l'Annapurna à remonter, ce qui, de plus, doit être fait avec grâce ! C'est difficile à jouer, oui, mais c'est un immense plaisir de servir un tel auteur ! Désiré est d'ailleurs un homme qui aime servir. Il dit qu'être aux ordres c'est abdiquer toute volonté, ce qui est pour lui le summum de la jouissance. Toute la pièce parle du désir, du désir retenu, non consommé. Dans son rapport avec Odette, le fait de dépasser tout ça, de devoir sublimer, le conduit à prendre de la hauteur et à devenir une sorte de héros du langage. La pièce met en lumière les rapports hiérarchiques entre maîtres et serviteurs et je découvre avec Désiré un auteur qui remplit des missions qui me touchent énormément ; notamment l'attachement qu'il porte aux êtres, les rapports sociaux, le pouvoir d'achat, les salaires... Autant de sujets qui agitent beaucoup nos vies aujourd'hui. Avec brio, il sait parler de choses émouvantes et sensibles."
Dossier par Jeanne Hoffstetter
Paru le 19/02/2010

-
Haut