Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Les Folies amoureuses
Le Vingtième Théâtre met à l'affiche début septembre une pièce de Jean-François Regnard (1655-1709), auteur peu connu aujourd'hui, longtemps considéré comme le premier comique français après Molière. L'amoureux de théâtre qu'est Pascal Zelcer a décidé de le remettre à l'honneur dans une mise en scène moderne très audiovisuelle, avec Lara Neumann dans l'un des principaux rôles. Retour sur ces deux protagonistes des "Folies amoureuses".
Pascal Zelcer

Son statut d'attaché de presse pourrait faire oublier que sa première formation a été consacrée au spectacle. Avec une maîtrise de théâtre, les cours Florent et l'École du Passage, Pascal Zelcer était largement armé pour se lancer dans l'interprétation avant de se spécialiser dans la mise en scène. C'est ainsi qu'après "L'Orchestre" de Jean Anouilh, il monte en 1989 à Bordeaux "La Ménagerie de verre", puis fera deux spectacles pour enfants avant de s'attaquer en 1999 au "Spectacle très très très drôle".


"Je ne fais pas un spectacle tous les ans ! Je marche au coup de cœur et en l'occurrence, pour ce texte que j'adore, j'ai cassé ma cagnotte et renoncé à pas mal de choses pour le créer et le produire. J'ai voulu foncer, créer une compagnie. Une quinzaine de personnes va pouvoir travailler sur le projet et j'en suis fier !" Pascal Zelcer raconte ensuite sa rencontre avec le texte : "En Avignon en 1998, je remarque un joli livre rouge chez un bouquiniste. Le titre m'attire, je trouve qu'il a de la folie dans l'amour et de l'amour dans la folie, je note que la distribution est raisonnable (cinq comédiens). Je lis, j'aime l'écriture, pure, en vers, mais sans le côté désuet que la versification apporte parfois. Le temps passe. Je monte le 'Spectacle très très très drôle'. J'ai alors voulu apporter la même énergie dans un autre texte et 'Les Folies amoureuses' étaient bien ancrées dans ma mémoire."
L'intrigue est simple : un tuteur a élevé une jeune fille qu'il entend épouser et que, par sécurité, il tient dans un complet isolement. Pour échapper à son geôlier et retrouver sa liberté, elle se fait passer pour folle. "C'est un peu l'intrigue de 'L'École des femmes' que l'on revisite... à la façon Monty Python", dit en souriant Pascal Zelcer avant de revenir sur les qualités de l'auteur : "Il est impossible de comprendre pourquoi un tel auteur n'est pas davantage joué. Les gens du métier en sont aussi étonnés, Regnard, valant un Molière ou un Marivaux. Tous ceux qui le connaissent sont heureux de le voir enfin joué ! J'ai envie de faire entendre cette langue mais sans la monter de manière classique. On est en 2008 ce qui me permet d'intégrer de la vidéo, de la musique (un peu kitsch), des séries télé... On va visionner ce qui se passe dans la tête des personnages. C'est ainsi que je me suis représenté la pièce avec l'ambition d'apporter du bonheur aux spectateurs. Je fais des comédies pour le plaisir d'entendre rire les gens !"


Lara Neumann

Au moment de bâtir sa distribution, le nom de Lara Neumann s'est imposé à Pascal Zelcer pour le rôle féminin principal, tant il était certain que cette actrice chanteuse avait toutes les qualités pour interpréter un personnage hors du commun. Interview d'une bête de scène.


Le rôle de Lucienne dans Lucienne et les garçons était tellement fort et a eu tant de succès, n'avez-vous pas peur qu'il vous colle à la peau ?

Mon prochain rôle va aussi être très marquant ! Cela dit, mon personnage de Lucienne est vraiment le reflet de ma personnalité. Ce rôle n'était pas écrit, Lucienne est née après des étapes de travail et s'est nourri de ce que j'ai pu vivre sur scène avec les garçons, alias Flannan Obé et Emmanuel Touchard. Lucienne est plus exubérante, moins timide, se permet plus de choses peut-être. Mais c'est la magie du spectacle. La scène nous donne le pouvoir de faire ce qu'on ne ferait sans doute pas dans la vie !

Qu'avez-vous fait depuis votre dernier spectacle à Paris ?

Nous sommes justement sur le point de terminer la tournée de Music Hall le second spectacle de Lucienne et les Garçons. Je pense pouvoir vous dire que nous ferons notre dernière date au Vingtième Théâtre en mai 2009. Hasard et coïncidence, j'ai également joué il y a quelques mois dans Music-hall (décidément, un nom à la mode) mis en scène par Renaud Maurin à la Grande Comédie. Puis j'ai consacré le reste de mon temps à mes études de chant lyrique, en intégrant un conservatoire cette année dans le but de suivre les cours d'Éric Beillevaire.

Ce rôle d'Agathe qui simule la folie doit être très jouissif ? Comment l'appréhendez-vous ?

Le personnage d'Agathe est à la fois léger et complexe. Il demande une certaine fraîcheur due a son âge, mais aussi, une certaine maturité et de l'imagination pour simuler la folie et échapper à son tuteur. Nous allons commencer à travailler avec toute l'équipe et, même si j'ai quelques idées pour le personnage, je compte sur Pascal Zelcer, le metteur en scène, pour me guider.

Sur scène, votre nature comique explose. Comment êtes-vous dans la vie ?

Maniaco-dépressive ! Non, je plaisante... ! C'est toujours difficile d'avoir du recul sur soi, je suis quelqu'un d'entier, je prends les choses très à cœur, cela peut faire ressortir un caractère plus fort et un peu dur... J'ai toujours aimé faire rire les autres, alors que ce soit sur scène ou avec mon entourage, c'est toujours jouissif !
Dossier par Philippe Escalier
Paru le 13/09/2008

-
Haut