Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Jean-Pierre Kalfon
“Au théâtre, on parle toujours de savoir le texte, mais il ne faut pas se contenter de le savoir, il faut le dominer”
Le sourire radieux qu'il affiche témoigne du plaisir dans lequel il se trouve à quelques jours de la première d'une pièce de Dusan Kovacevic "Le Professionnel", mise en scène par Stephan Meldegg.
Il est Luca, "le professionnel". "Il faudrait que je sois bien difficile pour ne pas être heureux en ce moment ! Je vais jouer une très belle pièce, pleine d'humour, et je suis heureux avec mes partenaires, Jean-Marie Galey, Muranyi Kovacs, Jérôme Le Paulmier, et Stephan..." Il en parle volontiers, Jean-Pierre Kalfon revient de loin. Frondeur, gouailleur, rebelle, ce surdoué de la vie est remonté du cœur des abîmes et des excentricités, doucement, sans faire de bruit pour occuper aujourd'hui à la scène et sur les écrans, la place qui lui revient. De l'eau a coulé sous les ponts depuis les années 60 où il avait fondé sa propre compagnie théâtrale, et prenait des cours au TNP. Deux films à l'affiche et deux à venir, des pièces qu'il joue avec une belle régularité, et la musique sa passion de toujours : la vie lui sourit. L'homme a du charme et de l'humour, il parle vrai, s'amuse au souvenir de ses années folles, lorsqu'une une ombre se glisse derrière ses yeux sombres à l'évocation d'amis trop tôt disparus. Vous avez la chance de poursuivre une belle carrière : "Je n'ai jamais pensé en terme de carrière. Je suis plutôt paresseux, vous savez, je ne sais pas aller voir les gens et demander. Disons que ma bonne étoile veille ! Mais oui, j'ai quand même la chance d'être encore en vie !" Au terme des répétitions, l'acteur est serein. "On parle toujours de savoir le texte, mais il ne faut pas se contenter de le savoir, il faut aussi le dominer. L'instinct de l'acteur ? Je pense qu'il y a des limites à ça. Ce qu'il faut, c'est avoir l'instinct du personnage." Dusan Kovacevic (coscénariste du film Underground d'Emir Kusturica) dramaturge serbe, est célèbre dans de nombreux pays. Le Professionnel a tenu l'affiche durant douze ans à Belgrade et s'est joué à Londres, au Québec, avec un énorme succès. Jean-Pierre Kalfon s'enthousiasme, "Luca, mon personnage, est un policier très fruste, reconverti en chauffeur de taxi, après la chute de Tito. Durant dix-huit ans, il a espionné, transcrit pour le compte de ses supérieurs, les faits et gestes d'un intellectuel dissident, pseudo-écrivain, avec lequel il se saoulait la gueule. Mais quand Milosevic est arrivé, tout a changé, l'écrivain se retrouve à la direction d'une maison d'édition bizarre, tout est chamboulé et l'autre, le professionnel, arrive pour lui remettre ses notes, rendre compte de son travail. En fait, il lui apporte ce qui va changer son passé. Au milieu de la folie ambiante, ces deux êtres très différents vont se rapprocher car le policier aura évolué durant ce parcours de dix-huit ans auprès de l'intellectuel. Mais je ne vais pas tout dire, il faut garder un peu de mystère ! Il s'agit d'une sorte de témoignage, comme dans le film 'La Vie des autres'." Pour qu'il n'y ait pas confusion, le comédien précise : "Il est quand même important de dire qu'il s'agit d'une comédie, qu'il n'y a aucun jugement moral. L'aspect politique n'est qu'en toile de fond, c'est l'humain qui est en premier plan dans ce face-à-face."
Paru le 15/11/2007

-
Haut