Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Enguerand


Le Journal d’Adam et Ève
Mark Twain, le père de Tom Sawyer et Huckleberry Finn, est l'auteur du "Journal d'Adam" et du "Journal d'Ève" que Carole Anderson (adaptation et mise en scène) réunit ici autour de chansons de Gershwin, chantées par les comédiens et jouées par Coralie Nicot au piano.
Ève, c'est Gabrielle Baron, radieuse, belle comme un cœur. Née la veille, elle nous fera part de ses découvertes et interrogations au jour le jour. Car ce feu follet observe tout, de la Lune, qui sort du tableau chaque jour, aux tigres dont elle aimerait bien tirer une robe de leur peau, en passant par un être étrange qui l'intrigue plus que tout, j'ai nommé Adam, le fougueux Jonathan Hume. Elle le traque sans cesse. Il s'enfuit chaque fois. Jusqu'au jour où il nous avoue que, si elle restait tranquille, et surtout se taisait, ce serait un plaisir de la regarder ! Beaucoup plus économe en mots, solitaire né, il se laissera finalement apprivoiser. Entre-temps, ils se seront largement décrits et décriés l'un l'autre, avant de croquer la pomme avec la suite que l'on connaît... Si l'on excepte son contexte, ce conte délicieux ne traite pas de religion. D'une modernité incroyable, bien que les textes datent du début du xxe siècle, il s'amuse avant tout à montrer avec humour et finesse à quel point l'homme et la femme diffèrent. Ce joli bijou se joue dans un écrin, la toute petite salle du Lucernaire où les comédiens évoluent au milieu des spectateurs. Autre particularité, le spectacle est donné en anglais en début de semaine et en français à la fin.
Zoom par Caroline Fabre
Paru le 04/08/2007

-
Haut