Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Éliane Boéri
Depuis qu'un jour de mai 1976, flanquée de ses "Jeanne", elle sema une joyeuse et impertinente révolte féministe sur la petite scène du théâtre des Blancs-Manteaux, là où elle est, le public accourt.
On la cueille au saut du lit souriante, volubile et soulagée de son angoisse. La première a eu lieu cinq jours plus tôt et depuis, et ils sont tous là, fidèles dans le rire et la jubilation, les anciens mais aussi les nouveaux. Trois générations se disputent les fauteuils et les Jeanne, comme toujours, font mouche. Soulagée, car ce nouveau spectacle, coécrit avec Dominique Cozette, évoque un sujet qui fâche aujourd'hui : vieillir. C'était oublier que vieillir avec elles, on en redemande ! Les temps ont changé ? Éliane Boéri l'œil et l'oreille aux aguets s'adapte, rectifie le tire, écrit et balance : voilà qu'on ne peut plus de nos jours vieillir tranquilles à l'ombre de sa ménopause, avec son homme, qui lui, n'a toujours pas appris à débarrasser la table ! Voilà aussi que la gent masculine se féminise, innocente victime de la pétrochimie, que les grands-mères accouchent, que les femmes sont tirées de partout dans l'illusion de suivre le mouvement, ou dans celle de rattraper l'homme qui, lui, lorgne de plus jeunes, voilà que le jeunisme, le sexisme, le matérialisme imposent leurs dictats, que la planète suffoque. Voilà que le monde a la tête à l'envers... et y'a plus grave encore ! Alors ? "Mourra bien qui rira le dernier", écrivait Jacques Prévert... Alors ?

"Les Trente Glorieuses... Vous vous rendez compte de la chance qu'on a eue, nous ? Aujourd'hui, à 60 ans, on a peut-être trente ans de rab', d'espérance de vie devant nous ! Au lieu de nous morfondre, réjouissons-nous d'être en bonne santé si nous le sommes, d'être grand-mère, et profitons du rab. ! Nous vivons une époque très paradoxale et, bien que ça penche de tous les côtés, c'est très intéressant !"

Survêtement, silhouette menue, l'humour accroché à ses frisettes, elle a connu des deuils et des chagrins, perdu ses chères Jeanne des débuts, mais elle, a la chance d'être là, et ne s'en prive pas. Depuis des années elle taille pour les hommes des costumes sur mesure qu'ils ont fini par endosser, faisant contre mauvaise fortune bon rire. Entourée de ses deux complices, Ariane Dubillard et Marthe-Hélène Raulin, dans une mise en scène de Tilly, elle tire sur tout ce qui va mal sur notre planète et nous entraîne dans un tourbillon caustique, intelligent et terriblement drôle. Les Jeanne ne sont pas seulement des comiques, mais de vraies comédiennes, elles connaissent le répertoire, ont joué, dans le passé, les classiques. Dans leur nouveau spectacle, elles incarnent des personnages, elles sont femmes ou bien hommes, c'est du théâtre, c'est vif, ça bouge et c'est terriblement joyeux. Les vieilles oui, mais les jeunes auxquels elles s'adressent aussi ? "On leur dit : bougez-vous ! Transgressez, 'iconoclastez' ! Faites votre route, inventez autre chose car je crois décidément que le matérialisme et le virtuel ont tout plombé..."
Portrait par Jeanne Hoffstetter
Paru le 06/08/2007

-
Haut