Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Pascal Thoreau
il joue Délivrez Proust
Après avoir fait un tabac au "Chien qui fume" en Avignon, le "Délivrez Proust" de Philippe Honoré est repris au Lucernaire. Pascal Thoreau et sa complice, Anne Priol, présentent l'auteur mythique de "La Recherche" sous des angles variés, désopilants et subtils. On se régale et on en redemande !
Le précédent spectacle de Philippe Person (metteur en scène) et Pascal Thoreau (comédien) était déjà un ravissement. L'Euphorie perpétuelle fut jouée à guichet fermé durant des mois à Paris comme en province. Pour enchaîner, ce duo a voulu travailler sur une œuvre majeure, vue sous l'angle de l'intime et du divertissement. Pari gagné ! Les manies de Proust, sa phobie des déplacements, son obsession de la maladie, son homosexualité, ses maximes et sa vie sociale, rien de ce qui caractérisa l'un des plus grands auteurs du XXe siècle n'a été oublié. Entre extraits, citations, «vacheries», chansonnettes, on passe en quelques secondes, grâce à l'art conjugué d'Anne Priol et de Pascal Thoreau, du sourire à l'émotion.

Pour Pascal Thoreau, d'évidence, il est vécu comme un tournant. L'acquis fait que le comédien se sent aujourd'hui capable de tout jouer avec une égale réussite. À le voir sur scène, on devine une sorte de maturité (ces certitudes tranquilles que l'homme sensé acquiert à mi-chemin entre trente et quarante ans) si bénéfique à son art. Avec le naturel chaleureux qu'il dégage, il exprime une envie de reconnaissance, «une ambition saine qui ne fait de mal à personne et du bien à soi» comme il le souligne avec un sourire qui ne le quitte jamais. Et, de fait, tout son travail s'est organisé autour de ce qui est la raison d'être de son métier, l'exigence mise au service de tous les publics. Du reste, Pascal Thoreau aimerait, par moments, retrouver le chemin du théâtre intime, celui qui peut se jouer dans des salons ou des appartements et où, entre un auteur, des comédiens et les spectateurs, la rencontre est idéale. Comme elle le fut pour L'Euphorie perpétuelle, un gros succès joué dans de petites salles, dont il garde un souvenir ému. Les représentations en Avignon n'avaient-elles pas donné lieu à un engouement tout particulier, avec des listes d'attente et des visites inattendues comme celle de Jean-Paul Gaultier ?

Délivrez Proust ne passera pas inaperçu. Plus encore, «le spectacle laissera des traces», ainsi que Pascal Thoreau le pressent. Intarissable sur le sujet, il souligne les deux principales qualités mises en avant par les spectateurs et la critique, à savoir la densité et la légèreté, deux mots qui - soit dit en passant - définiraient bien la personnalité de Proust. À quoi il faudrait ajouter la complémentarité, tant l'osmose unissant le texte de Philippe Honoré, Philippe Person, Anne Priol et Pascal Thoreau est éclatante. Ensemble, ils ont réalisé un travail d'artistes mûs par la même envie de faire découvrir et partager. Ce n'est pas le moindre de leur mérite que de nous laisser retrouver un Proust attachant, dans toute la richesse de sa vie et de son œuvre. Oubliées les possibles réticences face au sujet, on osera dire que ce spectacle n'est pas du temps perdu !
Portrait par Philippe Escalier
Paru le 02/02/2007

-
Haut