Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

©Marcadé / Wist Thorpe


Pierre Attrait
Les métiers du théâtre : scénographe
Une maîtrise de lettres sur "Œdipe roi" de Sophocle qu'il assortit de cours de théâtre avec Gabriel Monnet, et le destin place sur sa route Jean Saussac, Svoboda... de grands artistes qui lui ouvrent les portes d'un autre univers.
Le scénographe n'est-il pas décorateur, pour employer un terme plus clair à l'esprit du public ?
C'est la même chose. Disons que le terme de scénographe est plus contemporain bien qu'il ait été déjà employé à l'époque de Meyerhold et de tous ces grands scénographes qui ont synthétisé la vision d'une œuvre et rejeté le côté purement décoratif.

Le rôle du décorateur au théâtre serait-il mal perçu,
qu'il faille revenir au terme de scénographe ?

Disons qu'il est dommage que ce terme ait été galvaudé. Les gens imaginent que le décorateur est quelqu'un qui ornemente la scène. Un scénographe ne fait pas de l'ornement, il cherche les signes, architecture l'espace, ce qui ne veut pas dire qu'il ne fait pas de décoration. Son rôle est de créer un imaginaire fort afin d'amener le spectateur dans un univers à la fois visuel et mental.

Le théâtre est un art vivant en perpétuelle évolution. À la fin du XIXe siècle, la mise en scène, jusque-là assurée par le régisseur, le décorateur, voire l'auteur, devient un art autonome. Le scénographe n'est-il pas aussi une sorte de metteur en scène ?
Antoine a en effet été l'un des premiers à distinguer la mise en scène qui elle-même a évolué avec le temps. Le rôle des décorateurs s'est affiné. Avec la dramaturgie, il a évolué vers la scénographie dont le but est aussi de provoquer le mental du public. Dans le théâtre «bourgeois», le décor est plus statique, plus... imagé. En aucun cas le scénographe ne remplace le metteur en scène, ils travaillent ensemble pour trouver la meilleure façon de servir le texte.

De quelle manière avez-vous travaillé sur L'Échange
de Claudel ?

En me disant pour commencer : "Qu'est-ce que ce texte nous raconte aujourd'hui ? Que veut-il dire dans son essence profonde ? Quel est le théâtre décrit dans cette œuvre ?" Pour que ce texte soit entendu, le décor ne doit pas, selon moi, devenir obsédant, prendre toute la place. Il doit être lumineux, modeste dans l'esprit, pur afin de permettre cette ouverture à l'œuvre elle-même. On doit comprendre, par la mise en espace des objets, que l'on est dans un lieu de vie et de travail ouvert dont des étrangers vont pénétrer l'intimité et provoquer le drame.

Comment êtes-vous devenu scénographe et le théâtre est-il votre seul domaine d'intervention ?
La guerre du Golfe a mis fin à la carrière de metteur en scène qui s'ouvrait à moi aux États-Unis. Après avoir eu un Award au Canada, je suis revenu en France où le hasard m'a conduit à faire de la scénographie. Je travaille aussi bien pour le cinéma, que pour le théâtre, des grandes scènes aux plus modestes, mais aussi pour les grandes maisons du luxe. Finalement, j'ai ma place partout !
Interview par Jeanne Hoffstetter
Paru le 11/01/2007

-
Haut