Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Marion Bierry
met en scène “Le Butin” au théâtre Fontaine
Elle a joué et dirigé plus d'une vingtaine de pièces. À partir du 7 octobre, les spectateurs pourront découvrir son travail dans "Le Butin" de Joe Orton, une œuvre inclassable où le rire et la férocité raflent la mise.
Joe Orton a connu le succès très jeune. Le film Prick Up Your Ears de Stephen Frears fera connaître au grand public la vie mouvementée du dramaturge assassiné par son ami, en août 1967. Le Butin a été créé en France il y a vinq-cinq ans par le père de Marion, Étienne Bierry, au Poche-Montparnasse. "C'est une pièce d'anthologie que j'ai toujours voulu remonter. Il a fallu la rajeunir, tout simplement parce que le langage a beaucoup évolué. Dominique Deschamps a signé cette nouvelle adaptation."
Au moment même où l'on enterre une vieille dame assassinée par son infirmière, le veuf éploré apprend qu'un hold-up a été commis dans une banque. Son fils Harold, épaulé par son camarade de débauche Denis, employé de pompes funèbres, est à l'origine de ce casse. Survient alors un inspecteur chargé de l'enquête. Le moins que l'on puisse dire, c'est que Joe Orton a une vision décalée, très singulière de l'histoire policière, d'où mystères et leçons de morale ont été bannis. Pour Marion Bierry, cette approche est salutaire : "On est dans une époque très puritaine où le rapport à la morale est constant. On doit dénoncer, se sentir concerné compatir. À nous susurrer de la morale partout, cela nous amène-t-il à une meilleure conduite ? J'en doute. La bonne parole est tellement hypocrite ! En tout cas, Joe Orton est au-delà des normes, ses personnages sont amoraux, assez monstrueux. Ils ruent dans les brancards, sans se soucier de bonne conscience."

"Pouvoir dire : ce soir je n'y vais pas..."
Interrogée sur la difficulté de son travail, Marion Bierry répond : "Dans une comédie aussi précise et turbulente, toute la difficulté réside dans la gestion de l'espace et le choix de la distribution." Marie-Anne Chazel, Jacques Boudet, Christian Pereira, Benoît Giros et Yann Trégouet auront pour mission d'interpréter ce texte choc. Si l'on fait exception d'Après la pluie, Marion Bierry ne joue pas dans les pièces qu'elle monte. "Mon désir d'actrice n'est pas prédominant, j'adore mettre en scène. Dans ces cas-là, j'ai l'impression de faire l'école buissonnière. J'aime me lever tôt, être seule dans le théâtre le matin avec les techniciens, et puis le fait de pouvoir dire "ce soir, je n'y vais pas", c'est un formidable luxe interdit aux comédiens." Un "privilège" porteur d'autres satisfactions comme ce Molière 2004 du meilleur auteur obtenu par Portrait de famille dont elle assurait la mise en scène. Avant la rentrée, le temps est venu pour Marion Bierry de prendre un peu de hauteur en montagne. Farniente au programme ? "Certes pas, c'est durant les vacances que je travaille le plus. Commencer à chorégraphier la pièce, c'est seule et au calme que je peux le faire."
Portrait par Philippe Escalier
Paru le 07/11/2005

-
Haut