Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Toi zé Moi
à la Comédie-Caumartin
Avec la reprise de leur spectacle de choc, ils s'affirment comme le couple comique de l'année !
Elle est brune et bien roulée ; il est châtain
plutôt beau gosse : Marie Blanche et Alain Chapuis forment un duo modèle. D'où l'idée de se glisser dans la peau d'autres couples placés dans des situations
de la vie quotidienne, un jour de grève nationale. Le résultat est surprenant : chaque sketch est un moment privilégié. Savoureux, les deux grévistes promettant devant une banderole, d'ouvrir un nouveau millénaire "qui dure des décennies" ! Hargneux et vicieux, Jonathan et Mareva, présentateurs ratés d'émissions nulles faisant passer un casting de sosies. Pouilleux, les deux clochards anciennes vedettes oubliées d'un loft débile, prêts à tout pour revoir le bout d'une caméra. Peu chaleureux, le pédicure gay préférant prendre son pied plutôt que celui de sa cliente ! Vaniteux, ce père apprenant l'anglais à sa gamine pour en faire une pro de Windows : "Mais enfin, elle n'a que 27 mois !" Merveilleuse, cette traduction simultanée dans un anglais, d'abord approximatif, puis totalement délirant, permettant de finir le spectacle en beauté. Il n'y a pas à
tortiller : leurs textes construits font mouche grâce à un humour explosif bâti sur un sens aigu de l'observation. En bons Lyonnais, Marie Blanche et Alain Chapuis savent ne pas pousser le bouchon trop loin (!) et leur art de la caricature reste empreint de finesse. Avec une insolente facilité, ils entraînent la salle dans une série de fous rires immédiats et sans interruption. Durant une heure vingt, l'ambiance est celle des grands jours. De vous à moi, les Toi zé Moi vont vous doper le moral pour les trois mois à venir. Ils sont à découvrir de toute urgence !



L'interview flash

Ils étaient visiblement faits pour se rencontrer : tous deux débutent dans les années 90 à Lyon où ils créent leur propre café-théâtre, avant d'aller jouer les aventuriers en France et à l'étranger. Ils ont aussi participé à quelques films et animé des émissions de télé ou de radio.

Quel a été votre parcours ?
Un sans-faute ! Et Dieu sait si le terrain n'est pas favorable ! On vient directement du Théâtre en passant par la Comédie au carrefour
de l'Humour en direction du Rire ! Et sans GPS, tout au pif !

Comment vous êtes-vous rencontrés ? Dans une manifestation ?
Effectivement sur une barricade en 1871, pendant la Commune de Paris ! Ah, on savait revendiquer à cette époque ! Ensuite, échanges de regards pendant les grèves de 1936, tentatives de rapprochements lors des accords de Grenelle en 68, premier baiser en 86 lors des manifs
étudiantes, déclaration d'humour en 95 et, depuis, le mouvement se durcit tous les jours !

Quels autres projets, mis à part payer moins d'impôts, le succès du spectacle vient-il nourrir ?
Payer plus d'impôts, on est partants ! Mais on caresse aussi le projet de monter un nouveau spectacle à deux... sur les bobos ! Oui, c'est un peu nous finalement, on dépeint bien que ce que l'on connaît bien ! Le titre provisoire serait Bobos et cons à la fois ! Tout un programme !
Zoom par Philippe Escalier
Paru le 10/06/2005

-
Haut