Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Notre éthique Comment adhérer Questions courantes Contactez nous
Tous les commentaires
6
DU MALHEUR D'AVOIR DE L'ESPRIT

Du vendredi 9 mars au samedi 7 avril 2007
Revenir au descriptif du spectacle
Framp a écrit le 28/03/2007 à 08h33
      Note =
    trop long et ennuyeux
Michel G. a écrit le 14/03/2007 à 16h26
      Note =
    C'est triste d'avoir une aussi belle scéne et en tirer si peu, cette mise en scéne est poussiéreuse les acteurs courent d'un bout à l'autre de la scéne sans raison et leur jeu en est essouflé et sacadé. Seul Philippe Torreton évite retient le spectateur.
Sandrine B. a écrit le 12/03/2007 à 11h33
      Note =
    C'et triste à dire mais je suis d'accord avec les commentaires. Bien que l'on sente que Torreton soit dans son élément sur scène, il n'en va pas de même pour les autres comédiens. Et ne parlons pas de la mise en scène entre farce, hystèrie et convention, on s'ennuie ferme.
André M. a écrit le 12/03/2007 à 09h05
      Note =
    Je confirme, on s'ennuie à mourir dans cette pièce qui aurait du resté inédite. Pendant 2h40 les comédiens essayent sans grande conviction de nous intéresser au texte. Hélas ils ne semblent pas y croire eux même! Torreton semble errer et s'ennuyer sur cette immense scène de Chaillot. Etant resté jusqu'au bout, j'ai pu constater que le public semblait avoir apprécié la pièce. A Eviter!
barth a écrit le 11/03/2007 à 23h38
      Note =
    spectacle tres ennuyeux, la mise en scene est fatigante et le jeux des acteurs ininteressant...en plus c'est ultra long, decidement chaillot n'est pas du tout adapté pour le theatre la salle est beaucoup trop grande et les comediens sont obliges de hurler, j'ai voulu rester jusqu'au bout mais quelle galere....barth
Elisabeth D. a écrit le 10/03/2007 à 23h42
      Note =
    Mais que fait Torreton dans cette galère? texte indigent, jeu des comediens boulevardier, mise en scene plate et pas du tout adaptée à un plateau aussi grand.. Sommes parties à mi course, autour de nous, ça dormait sec..
Haut