Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Tous les commentaires
17
CERTAINES N'AVAIENT JAMAIS VU LA MER
THÉÂTRE DES QUARTIERS D'IVRY - Manufacture des Œillets
Du lundi 14 janvier au vendredi 25 janvier 2019
Revenir au descriptif du spectacle
Tankafer a écrit le 12/01/2020 à 13h52
      Note =
    Le livre de Julie Otsuka m'avait passionné. J'ai profité de ce texte pour découvrir cet espace qui est merveilleux à la manufacture des oeillets et son menu de soupe excellent. Mise en scène surpenante, rythmée, moderne. Sujet grave que cette main d'œuvre de migrants japonnais retenue dans des camps dans le désert américain, traitée comme des prisonniers de guerre, à partir de Pearl Harbour. Texte poétique sur la condition des femmes, du hasard du mariage forcé, des conditions de travail des migrants qui fuient la misère de leur pays d'origine.
Thierry J. a écrit le 03/02/2019 à 11h55
      Note =
    A voir, ne serait-ce que pour l'Histoire et l'histoire de jeunes Japonaises.
Virginie L. a écrit le 25/01/2019 à 09h22
      Note =
    Je n'ai pas lu le livre mais le sujet historique, sensible et terrible m'a passionné !
    Un texte fort, des centaines de voix pour exprimer le désespoir, l'humiliation, la résilience et l'histoire des ces émigrés japonaises aux États-Unis.
    Très belle chorégraphie, on assiste quasiment à un ballet : un petit bijou à ne pas louper!
Jean-François Fouque (j2f.) a écrit le 24/01/2019 à 15h09
      Note =
    .
    Voilà un sujet éminemment intéressant, nécessaire et
    assez peu connu... Malheureusement, la distanciation
    induite par la mise en scène et sans doute l'adaptation
    également, ne parvient pas à engendrer l'émotion pour
    une grande partie du public, malgré toutes les qualités,
    l'engagement et la force de conviction des interprètes.
    .
    j2f.
    .
Bernard B. a écrit le 24/01/2019 à 13h03
    Note =
    Une pièce très intéressante qui raconte l'histoire violente des femmes japonaises ayant émigré en Californie au début du XX-ième siècle sur la promesse d'un eldorado, de leur départ du pays aux années de guerre avec celui-ci après Pearl Harbor et la "disparition" de la communauté japonaise qui va être enfermée dans des camps. Un très beau texte, déclamé sous une forme chorale multipliant les récits d'expériences à la fois personnelles et communes de ces femmes. Une très belle mise en scène, très riche en détails, mais malgré cela légère, où tout s'enchaîne de manière fluide. Un très bon moment de théâtre!
Jean P. a écrit le 23/01/2019 à 14h11
      Note =
    un épisode triste que je ne connaissais pas et qui est intéressant à découvrir
    dommage de nombreuse répétitions et longueurs
Georgette G. a écrit le 22/01/2019 à 08h34
    Note =
    Nous étions 8 à avoir lu le livre avec un style très particulier sur cette période peu connue de l'histoire et avons toutes moins ressenti la puissance du texte dans la pièce.
    Néanmoins de belles trouvailles pour lier/enchaîner toutes ces phrases des différents personnages dans une mise en scène illustrant l'océan d'écart entre la culture japonaise et américaine.
    Une harmonie dans les couleurs des décors où les actueurs de qualité inégale bougent comme des danseurs (perdus)
    Qqs longueurs et une diction qui pourrait être meilleure.
AllBon a écrit le 19/01/2019 à 16h19
      Note =
    Très fidèle au roman, qui m'avait fait découvrir cet épisode historique. Succession de tableaux (j'ai parfois pensé à un ballet) pour figurer les tranches de vie de ces japonaises (dont certaines n'étaient que de jeunes adolescentes) propulsées en Amérique par des mariages arrangés à distance avec des japonais inconnus. Leur vie, leurs angoisses et leurs espoirs de leur arrivée au début du XXème siècle à la guerre.
Anne-Marie S. a écrit le 17/01/2019 à 17h42
    Note =
    Ce spectacle est instructif et m'a donné envie de lire les romans de Julie Otsuka. En l'absence de ressort dramatique, l'adaptation scénique se fait sous forme d'une succession de tableaux, dont certains sont très réussis, d'autres un peu moins. J'ai trouvé la dernière scène avec Natalie Dessay un peu superflue, mais la douleur incarnée par les actrices japonaises ne laisse aucun spectateur indifférent. A voir aussi pour découvrir ce tragique épisode historique.
Annie C. a écrit le 17/01/2019 à 15h18
      Note =
    Une mise en scène très proche du roman où l'on voit évoluer ces femmes que l'on a contraintes à quitter le Japon sous de fausses promesses et qui pourtant surent garder leur correction malgré de multiples malhonnêteté à leur encontre.
Ouma D. a écrit le 17/01/2019 à 14h50
    Note =
    Moins d'émotions ressenties en regardant la pièce qu'à la lecture du roman. Difficile d'adapter ce roman très littéraire au théâtre. La mise en scène est pas mal malgré quelques longueurs. Le propos reste intéressant , avec un épisode peu glorieux de l'histoire des Etats Unis à connaitre.
Laure S. a écrit le 16/01/2019 à 19h07
      Note =
    Un très bonne interprétation sur un sujet difficile grâce à une troupe de talent, et qui nous ramène aux difficultés de l'immigration forcée des japonais vers les États-Unis au lendemain de la guerre de Pearl Harbor.
Marie-Laure C. a écrit le 16/01/2019 à 10h26
      Note =
    belle scéno mais la fin est longue
    Si vous avez lu le superbe roman : cela n'apporte rien
Ceol a écrit le 16/01/2019 à 09h38
    Note =
    Je craignais un spectacle un peu trop « austère ». Pas du tout. C'est une réussite tant au point de vue de la mise en scène que de la prestation de tous les acteurs.
Florence O. a écrit le 15/01/2019 à 14h08
      Note =
    Très bonne et belle adaptation et mise en scène de cette histoire très instructive qui a une certaine résonance avec la période migratoire actuelle ! Bonne dynamique et fluidité de l'action. Une belle réussite !
Martine S. a écrit le 15/01/2019 à 14h59
      Note =
    Très belle adaptation et mise et scène de Richard Brunel du magnifique livre de Julie Otsuka.
    Dans ses 2 livres, elle nous raconte la vie de ses aïeux..
    Dans « Certaines n'avaient jamais vu la mer », l'histoire de ces Japonaises qui ont tout abandonné au début du XXe siècle pour épouser aux états-Unis, sur la foi d'un portrait, un inconnu. La réalité sera un choc, bien différente de l'avenir qui leur avait été annoncé. Ce livre a reçu le PEN/Faulkner Award en 2011 et le prix Femina étranger dès sa parution en France.
    Son premier roman, « Quand l'empereur était un dieu », raconte l'internement des familles nippo-américaines pendant la Seconde Guerre mondiale.
    Cette partie de l'Histoire, souvent méconnue, est à lire avec ces 2 livres !
    Ce n'était pas évident de porter sur scène ce récit, cette histoire ; mais, Richard Brunel l'a magnifiquement réussi. Tout est parfait et un grand Merci à tous les comédiens 🙏
    👏👏👏👏
    Ce spectacle a été présenté en juillet dernier au Festival d'Avignon ; il nous est présenté maintenant au très beau Théâtre des Quartiers d'Ivry.
    ❗️ALLEZ-Y ❗️
Michèle M. a écrit le 15/01/2019 à 10h37
      Note =
    Ce spectacle stupéfie car il nous révèle une part d'Histoire méconnue. Nous sommes donc très attentifs à ce qui se passe sur la scène.
    Le texte, la mise en scène, le jeu des acteurs, ne nous déçoivent pas.
    Néanmoins, il y a des longueurs. A chaque tableau, une énumération des différentes situations rencontrées par ces femmes ou familles japonaises vient nous renseigner et nous faire prendre conscience du sort terrible des migrants, aggravé en temps de guerre. Intéressant, mais trop long.
    La pièce est davantage traitée comme un documentaire que comme un récit s'attachant à quelques personnages représentant les situations les plus fréquentes.
    De mon point de vue, il y est plus difficile d'avoir de l'empathie ; nous regardons ce spectacle avec distance, comme on regarde les informations à la télé.
    Cela n'empêche pas de s'interroger, de comparer à notre actualité, mais notre approche est alors plus intellectuelle qu'affective.