Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Photo: D.R.


THEATRE DE L'ATHÉNÉE

Square de l'Opéra Louis-Jouvet - 7 rue Boudreau
75009 PARIS
M° Opéra
Tél: 01 53 05 19 19
Web: www.athenee-theatre.com

 > Plan d'accès (Google Maps)
 > Plan du métro (RATP)



Au commencement était l'Éden-Théâtre, lieu mythique, édifice colossal bâti rue Boudreau au début des années 1880 selon une esthétique naïve de temple hindou, un bazar des mille et une nuits tout à la fois féerique et exotique, « prodige d'originalité, de magnificence et de confortable » selon les termes d'un chroniqueur de l'époque. Lieu fabuleux, impossible théâtre, l'Éden ne dure pas. Quelques années seulement d'une existence précaire et mouvementée à la fin des années 1880, au début des années 1890. Une série de métamorphoses et de réaménagements conduisent peu à peu au démantèlement de ce que l'on a surnommé «le gouffre de la rue Boudreau». Plusieurs fois fermé, transformé, rebaptisé un temps Grand-Théâtre, l'Éden finit par disparaître. Un autre théâtre pourtant prolonge la généalogie du lieu. À sa manière, en plus petit, en plus intime. Dernier éclat d'un rêve mégalomane placé sous le signe du gigantisme, l'actuel Athénée, dont la salle est aménagée en 1893 dans l'un des foyers de l'Éden, s'ouvre au public, la même année, sous le nom de Comédie Parisienne. Ce nouveau théâtre incarne a contrario une rêverie de l'intimité, une poétique de la proximité et, pourrait-on dire, l'aboutissement d'une intégration réussie à l'urbanisme parisien, au style de son habitat fin de siècle. L'inauguration définitive du lieu sous le nom d'Athénée a lieu en 1896. Année qui figure sur le fronton du théâtre. C'est également en 1896 que s'est produite la dernière grande transformation du bâtiment : le report de la façade de la rue Boudreau sur le square de l'Opéra, qui devient en quelque sorte le premier vestibule du théâtre. Dans l'idée, sans doute, de renforcer par ce nouvel accès retranché de l'agitation urbaine des rues environnantes, l'intimité du lieu théâtral. Environ un siècle après l'aménagement de l'Athénée sur l'emplacement d'un paradis perdu, subsistent encore quelques traces au-dessus de la coupole de la salle: un plafond décoré de motifs indiens, rouges, noirs et bruns, derniers vestiges incongrus et émouvants de l'Éden-Théâtre. Aux richesses architecturales de l'Athénée s'ajoute un inestimable patrimoine artistique : la figure de Louis Jouvet qui dirigea ce théâtre de 1934 à 1951, date de sa mort, a profondément marqué un lieu qui lui rend hommage en portant son nom. Ce grand acteur populaire, chéri du cinéma, était avant tout un homme de théâtre.
De cet art, avant de devenir le metteur en scène et le comédien que l'on sait, il aura exploré tous les recoins : machiniste, costumier, accessoiriste, peintre et éclairagiste. Rien d'étonnant de la part de celui qui se plaisait à dire que « l'humble connaissance de la pratique est le chemin le plus sûr pour aller à la vérité ». La leçon d'exigence d'une personnalité sans concession, qui aura su défendre tant la création contemporaine (Giraudoux) que la redécouverte des classiques (Molière, Corneille...), et dont l'ombre habite toujours la salle à l'italienne qu'il aima entre toutes. Sa rencontre avec cette salle est pour lui une expérience forte qui lui permit un renouvellement de son art dramatique. Le rapport intime qu'offre une salle à l'italienne entre la scène et les spectateurs aura influencé sa manière de faire du théâtre. Conscient des limites de l'« ordre shakespearien », il s'extasie sur les vertus de l'« ordre italien » et plus particulièrement sur la mécanique de cette puissante machine à décors. Il créa notamment L'Ecole des femmes avec la complicité de l'artiste plasticien Christian Bérard qui inventa le décor des « murs ouvrants » permettant de représenter à la fois les murs de la maison d'Agnès et le jardin et la place publique où se déroule une bonne partie de l'action. Dans les années qui suivent la disparition de Louis Jouvet, d'autres grandes personnalités ont investi, l'espace d'un ou plusieurs spectacles, le plateau de l'Athénée : Peter Brook, Jean Vilar, Claude Régy, Matthias Langhoff, et des acteurs comme Pierre Brasseur, Maria Casarès et Jeanne Moreau. Puis, la direction novatrice et éclectique de Pierre Bergé, entre 1977 et 1981, voit l'ouverture, sous les combles de l'Athénée. Patrice Martinet, fondateur du Festival Paris Quartier d'été, qui prend la direction de l'Athénée le 1er juillet 1993, affirme une nouvelle politique artistique. L'Athénée trouve désormais sa place entre tradition et modernité en revendiquant deux caractéristiques fondamentales: qualité littéraire et dramatique des textes représentés et prééminence du jeu de l'acteur.
-
Les spectacles
7
ANAÏS NIN - UNE DE SES VIES
COMÉDIE DRAMATIQUE
Jusqu'au samedi 30 mars

"Anaïs Nin - Une de ses vie" se déroule dans le Paris des années 1930. À cette époque, de nombreux artistes étrangers convergent vers la capitale française pour échapper au carcan de la morale trop restrictive de leur propre pays. Comme les témoins de son histoire, nous assistons à l'évolution de ...

INTO THE HILL
SPECTACLES MUSICAUX
Jusqu'au samedi 20 avril

Méfiez-vous des foules. Méfiez-vous des promesses des ministres. Et imaginez que les rats sont peut-être plus humains que vous...

JAKOB LENZ
MUSIQUE CLASSIQUE
Jusqu'au vendredi 29 mars

Dans le cadre du festival le balcon, sera joué le mythique Jakob Lenz de Wolfgang Rhim, opéra de chambre d’après Büchner, suivant le sort d’un poète romantique et forcément maudit. Jakob Lenz est l'histoire de la déchéance d'un artiste jusqu'à la folie et la schizophrénie.

LUNDIS MUSICAUX (LES)
SPECTACLES MUSICAUX
Jusqu'au lundi 3 juin

Programme : • le 21/1 : Julie Fuchs • le 11/2 : Raquel Camarinha • le 25/2 : Stéphane Degout • le 18/3 : Victor Torres • le 15/4 : Hilary Summers • le 3/6 : Thomas Oliemans et Malcolm Martineau Programme détaillé : http://athenee-theatre.com

SOIRÉE MYSTIQUE
MUSIQUE CLASSIQUE
Le samedi 23 mars

Une “soirée mystique”, ouverte avec le combat amoureux entre un chevalier chrétien – Clorinde – et une incandescente musulmane – Lucinda –, orchestré par Monteverdi en 1624, et close avec le très spirituel Bhakti du Britannique Jonathan Harvey (1982).

TESTAMENT DE LA TANTE CAROLINE (LE)
SPECTACLES MUSICAUX
Jusqu'au jeudi 13 juin

Légère, lubrique, carrément débauchée… On évitait Tante Caroline, on se pinçait le nez devant sa porte… jusqu’à ce qu’elle expire. Car miracle post mortem, “l’argent n’a plus d’odeur”, et une appétissante galette de 40 millions et des broutilles serait à se partager entre ses trois vertueuses niè...

THE IMPORTANCE OF BEING EARNEST
SPECTACLES MUSICAUX
Jusqu'au vendredi 24 mai

Si l’on est amateur de vérités pas toujours bonnes à dire mais merveilleusement exprimées, on n’ignore pas qu’entendre dire du mal des membres de sa famille est la seule chose qui permette de les supporter, que c’est une tâche rude que de ne rien faire, que le socialisme mène à une conception rati...

Haut