Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Notre éthique Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Photo: D.R.


VIEUX JUIF BLONDE (LE)
COMÉDIE DRAMATIQUE d'Amanda Sthers, mise en scène de Jacques Weber, avec Mélanie Thierry.
Joseph Rosenblath se demande ce qu’il a bien pu faire au bon Dieu, lui qui a été élevé à la carpe farcie et aux chants yiddish, pour se retrouver avec des parents cathos qui jouent au golf à l’île de Ré… Joseph Rosenblath, rescapé d’Auschwitz, contraint de porter une chemise de nuit rose imprimée avec des cochons qui jouent de la flûte… Joseph Rosenblath est une jeune fille blonde de 20 ans qu’on prénomme Sophie! Au lieu d’une crise d’adolescence, Sophie fait de l’arthrose; au lieu de lui prescrire la pilule on doit la traiter pour incontinence… ses parents se demandent ce qui est arrivé à leur fille: elle aurait pu choisir protestante, bouddhiste, tchétchène, noire, même noire j’aurais préféré, juive à la limite, mais pourquoi vieux juif? se lamente la mère...
-
THÉÂTRE DES MATHURINS
36, rue des Mathurins
75008 PARIS
M° Havre-Caumartin/Saint Lazare
Tél: 01 42 65 90 00
Web: www.theatredesmathurins.com

 > Plan d'accès (Google Maps)
 > Plan du métro (RATP)
Voir tous les détails
Le spectacle s'est joué dans ce lieu du 09/03/2006 au 01/07/2006.
CONDITIONS GRAND PUBLIC
Jusqu'au 1/7: du Mardi au Samedi à 19h00. Places à 26,50€. Durée 1h10.

CONDITIONS ADHERENTS
Profitez d'invitations et/ou de tarifs réduits (jusqu'à 70%) sur tous nos spectacles.

Renseignement au 01 43 72 17 00.

Voir comment adhérer
Derniers commentaires des adhérents
Christine R. a écrit le 22/06/2006 à 08h52
    Un texte plein de facettes, l'adolescence, la recherche d'identité, le pouvoir de l'esprit sur le corps, le couple, la famille, la perte d'un frère ou d'une soeur, l'humour, nos difficultés à comprendre l'autre malgré un amour immense mais aussi l'espoir, les retrouvailles, la fragilité de l'enfance, et bien sûr le pouvoir de l'amooourr ! Une actrice remarquable qui réussit à nous faire entrer dans son esprit et vivre sa pensée. A voir.
Patrice D. a écrit le 22/05/2006 à 10h58
    l'interprétation de Mélanie Thierry est vraiment exceptionnelle, mais elle sert un texte plat, vide, sans interêt. pourquoi un vieux juif? pourquoi son portable sonne sur scene? on le saura jamais. On en retient rien. parfait pour pseudo intello. Je ne comprend pas l'engouement général sur cette pièce. j'ai regretté de ne pouvoir m'achapper au bout de 20 minutes.
Jeanne-Marie G. a écrit le 19/05/2006 à 10h38
    Le corps médical démontre toujours les symptômes d'une maladie avec froideur. Ici, c'est une jeune fille qui nous livre avec émotion les effets de sa maladie. Elle souffre d'une forme de schizophrénie qui la ravage et détruit sa famille. La maladie est expliquée de l'intérieur de sa tête, de son coeur, de son corps. On souffre avec elle, pour elle. On essaie de chercher le pourquoi, le comment. L'interprétation est remarquable. L'espoir est au bout du chemin.
    Cette pièce m'a rappelé une autre pièce (plus noire) vue à Avignon en 2005 'Paroles d'Alzheimer' de et avec Raphaëlle Saudinos (malheureusement jamais montée à Paris) mais qui aurait pu offrir quelques idées de mise en scène à Jacques Weber qui ici ne s'est pas trop 'foulé'... Il s'est contenté d'avoir trouvé une interprête exceptionnelle et du coup on en oublie la mise en scène
    Belles lumières, bravo.
    Passons à la réalité : placement libre aux Mathurins. Economies pour le théâtre,un peu plus de chômeurs et une impression d'être dans le métro, sympa !!!
Thierry J. a écrit le 15/05/2006 à 22h29
    De prime abord, le sujet m'a intrigué puis séduit : une jeune fille de 20ans se prend pour un vieillard de 77ans. Ensuite, les commentaires dithyrambiques (ci-dessous) et certaines critiques dans la presse m'ont incité à voir cette pièce. Quelle ne fut pas ma déception ! Au bout d'un quart d'heure, j'avais décroché, le texte étant tout simplement gnangnan. « L'happy end », torchée en cinq minutes, prête à sourire par sa naïveté.
    Je ne parlerai pas de la mise en scène de Jacques Weber qui, si elle est minimaliste, n'en est pas moins nulle.
    Bref, un vrai nanar que ne parvient à sauver Mélanie Thierry.
Claudine H. a écrit le 10/05/2006 à 08h50
    Complètement médusée et éblouie par l'interprétation de cette jeune comédienne. Elle vit complètement son texte, elle a même du mal à "recomposer" son visage au moment des bravos ! D'autant plus incroyable qu'elle est jeune mais quel talent, quelle maîtrise. Toute la salle est restée sous le charme et l'émotion.
Voir tous les commentaires
Haut