Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire

Photo: D.R.


À ANDRÉ, LETTRES DE NADJA
(moyenne sur 2 notes)
TEXTE(S) d'après Nadja, création collective de Florence Perrier et Jo Zeugma, avec Florence Perrier et en alternance: Jo Zeugma, Nicolas Marilleau et Volodia Lambert à la contrebasse ou Vianney Ledieu à l'alto.
Nous sommes à Paris, en octobre 1926, sur les grands boulevards. S’ensuivront 9 jours d’une rencontre qui bouleversera la destinée de l’un comme de l’autre.Durant 6 mois, elle écrira à André Breton. Ces lettres en donnent une vision vibrante, entière, paradoxale et profondément bouleversante. Cette proposition est une invitation à se laisser faire. Par les mots. Par les sons. Par l’histoire de cette rencontre et de cette femme. Mais c’est également une invitation à déambuler dans l’espace et dans le temps.C’est une invitation à fermer les yeux pour certains.Une invitation à la rêverie voire aux souvenirs.
LA CROISÉE DES CHEMINS - Salle Paris-Belleville
120 bis rue Haxo
75019 PARIS
M° Télégraphe
Tél: 01 42 19 93 63
Web: www.theatrelacroiseedeschemins.com

 > Plan d'accès (Google Maps)
 > Plan du métro (RATP)
Voir tous les détails
Le spectacle s'est joué dans ce lieu du 21/01/2022 au 05/03/2022.
CONDITIONS GRAND PUBLIC
Durée 1h10.

CONDITIONS ADHERENTS
Pour voir les conditions sur ce spectacle et réserver, connectez-vous avec votre compte :
Accès adhérent

VOUS N’ÊTES PAS ENCORE ADHÉRENT ?
Renseignez vous sur « Les services offerts » ou appelez-nous au 01 43 72 17 00
et profiter d’invitations et/ou de tarifs réduits (jusqu'à -70%) sur tous nos spectacles.
Voir comment adhérer
Notes des adhérents
0
1
0
0
1
Derniers commentaires des adhérents
Vincent M. a écrit le 23/01/2022 à 11h56
      Note =
    Le Théâtre de la Croisée des Chemins est une petite salle ouverte en 2020, bien cachée au fond d'une cour, dans une petite rue, entre Belleville et la porte des lilas. Florence Perrier lit des lettres écrites par "Nadja" à André Breton dans lesquelles elle exprime son amour illuminé, puis ses inquiétudes, ses doutes, et enfin son abandon. Elle incarne Nadja, ses espoirs, sa légèreté, son sourire, tout cela ponctué de notes de contrebasse. Interprétation que j'ai trouvée juste car paraissant réellement ressentie par l'actrice et non jouée, fut-ce avec talent. J'ai bien aimé aussi l'effeuillage des lettres, jusqu'à la dernière. Les silences aussi... Un moment d'émotion bien caché à découvrir.
Elianka F. a écrit le 22/01/2022 à 21h04
      Note =
    Belle affiche, bonne idée que d'avoir demandé à un contrebassiste d'accompagner ces belles lettres.
    Seulement voilà... Le théâtre ce n'est pas la radio ! Je m'explique, aucune vraie mise en scène, aucun costume, aucune ambiance pour illustrer l'époque ou les lieux d'écriture.
    Florence Perrier vêtue de noire, est assise quasiment tout le spectacle, une simple table noire... dans un décor noir... ce qui est bien dommage car quand elle se lève, elle peut faire passer des émotions.
    Les lettres sont dactylographiées sur de simples feuilles blanches, même pas mises en valeur non plus. On dirait une lecture ! D'ailleurs elle ne lâche jamais le papier et en lit carrément certaines parties. De longs, très, trop longs silences entre chaque lettre.
    La matière était là, dommage. Peut-être avec d'autres interprètes ?